Objectif Lune : comment suivre en direct la tentative d'alunissage du vaisseau américain Odysseus

Publié le 20 février 2024 à 12h42, mis à jour le 22 février 2024 à 23h20

Source : TF1 Info

Plus de 50 ans après la fin du programme Apollo, une entreprise américaine va tenter ce jeudi de faire atterrir un engin spatial sur la Lune.
À ce jour, le taux de réussite, qu’il s’agisse d’une agence spatiale ou d’un acteur privé, est inférieur à 50%.
Un nouvel échec n’est donc pas à exclure.

C’est un nouveau candidat dans la course pour décrocher la Lune. Parti de la Terre le 16 février dernier, le vaisseau spatial américain Odysseus de la startup texane Intuitive Machines a effectué, comme prévu, son insertion en orbite lunaire. Le vaisseau américain survole actuellement l’astre à une altitude de 92 kilommètre. L’engin spatial doit ensuite effectuer douze fois le tour de l’astre à une altitude d’environ 92 kilomètres, avant de tenter se poser à la surface ce jeudi 22 février.

Le module lunaire a effectué, comme prévu, son insertion en orbite lunaire mercredi dans la matinée.
Le module lunaire a effectué, comme prévu, son insertion en orbite lunaire mercredi dans la matinée. - Intuitive Machines

Annoncé initialement pour ce jeudi à 22h40 (heure de Paris), l'horaire pour l'alunissage a été repoussé par l'équipe de la misson au sol. "Les contrôleurs de vol ont choisi d'effectuer une orbite supplémentaire avant de commencer la séquence d'atterrissage de la mission IM-1. La nouvelle heure d'atterrissage prévue est 1724 CST, soit à 00h24 en France, a indiqué la startup américaine sur le réseau social X. L’heure exacte où le module lunaire touchera la surface dépend de plusieurs facteurs, notamment le moment où l'engin allumera son moteur principal pour quitter l'orbite lunaire et entamer sa descente. L'horaire peut donc encore évoluer. 

La descente, entièrement automatisée, sera amorcée environ une heure avant le moment de l'atterrissage, vers 21h11 (heure en France). Des caméras et lasers permettront à l'engin spatial de se guider en temps réel. Puis, à 30 mètres d'altitude, la descente finale, à la verticale, débutera. C'est à ce moment qu'un petit engin équipé de caméras, développé par l'université d'aéronautique Embry-Riddle, sera éjecté du module lunaire afin de filmer l'ultime phase d'alunissage depuis l'extérieur. De quoi nous offrir de belles images. L'infographie ci-dessous vous donne un aperçu du fonctionnement du dispositif.

EMBRY-RIDDLE

Où regarder en direct la tentative d'alunissage ?

La tentative d’alunissage du vaisseau Odysseus sera retransmise en direct sur la chaîne YouTube de la Nasa ce soir à partir de 23 heures et aussi via le compte sur le réseau social X de l’entreprise aérospatiale Intuitive Machines. Le site d'alunissage - en photo ci-dessous - est un cratère lunaire de 69 kilomètres de large, situé dans la région du massif Malapert, à environ 300 kilomètres du pôle Sud de la Lune. C’est l’un des treize sites retenus par la Nasa pour la mission avec équipage Artemis 3, prévue en 2026. Et donc, potentiellement, le site où se posera un duo d'astronautes américains. 

Le massif Malapert est situé à environ 300 kilomètres du pôle Sud de la Lune.
Le massif Malapert est situé à environ 300 kilomètres du pôle Sud de la Lune. - NASA/GSFC/Arizona State University

Un taux de réussite inférieur à 50%

En cas de succès de la mission, il s'agirait du premier alunissage d'une mission spatiale américaine depuis Apollo 17 en 1972. Quant à la startup texane Intuitive Machines, elle entrerait dans l’histoire en devenant le premier acteur privé à réaliser l’exploit de faire atterrir un engin robotisé en douceur sur la Lune, après les tentatives infructueuses des sociétés israélienne SpaceIL (2019) et japonaise Ispace (2023). Cette nouvelle tentative sera scrutée de près par les responsables de la Nasa, après l’échec cuisant, le mois dernier, de la société américaine Astrobotic. 

L’agence spatiale a choisi de sous-traiter à des partenaires privés l’envoi de charges utiles – des instruments scientifiques, en particulier - sur la Lune, un programme connu sous le nom de "CLPS" (pour "Commercial Lunar Payload Services"). La Nasa a signé des contrats avec quatorze fournisseurs, dont Intuitive Machines. Mais se poser sur la Lune reste un défi de taille, même plus de cinquante ans après l’arrêt du programme d’exploration lunaire Apollo.Pour rappel, le taux de réussite des missions d’atterrissage robotisé, qu’il s’agisse d’une agence spatiale ou d’un acteur privé, est inférieur à 50%. Un nouvel échec n’est donc pas à exclure. Réponse ce jeudi soir. 


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info