Pourra-t-on bientôt faire hiberner les humains ?

par Manon MICHEL
Publié le 25 mai 2023 à 21h21, mis à jour le 26 mai 2023 à 13h20

Source : Sujet TF1 Info

Selon une étude, l’hibernation peut être déclenchée artificiellement chez des rongeurs.
Appliquée aux hommes, cette avancée pourrait être une précieuse découverte.
L’hibernation artificielle servirait notamment dans les secteurs de la santé et de l’astronomie.

Plonger des hommes en hibernation artificielle et les envoyer dans l’espace ? C’est peut-être possible. Des scientifiques ont récemment réussi à faire hiberner de façon artificielle des rongeurs, et notamment des souris et des rats, grâce à des ultrasons. Le rat n’étant pas un animal qui hiberne naturellement, les chercheurs songent à appliquer cette découverte à l’homme. "Si cela s'avère faisable chez l'homme, nous pourrions imaginer des astronautes portant un dispositif en forme de casque conçu pour cibler la région de l'hypothalamus et induire un état d'hypothermie et d'hypométabolisme", a expliqué au Guardian Hong Chen, professeur agrégé à l'Université de Washington à St Louis et à l’origine de cette nouvelle étude.

-47% pour la fréquence cardiaque

Pour arriver à cette découverte, les scientifiques ont d’abord identifié un réseau spécifique de neurones, dans une région profonde du cerveau appelée "aire pré-optique" et située dans l'hypothalamus. Cette zone sert notamment à réguler la température corporelle, primordiale au moment de l’hibernation. Dans un premier temps, ils ont mené leur expérience sur des souris. En activant les neurones de l'aire pré-optique des animaux via un casque envoyant des ultrasons, ils ont réussi à baisser de trois degré la température corporelle des souris durant une heure. Leur fréquence cardiaque a, quant à elle, chuté de 47%.

Les scientifiques ont également développé un système afin de délivrer ses impulsions à intervalles réguliers, et maintenir les rongeurs dans un état stable. Ainsi, leur température corporelle a pu rester à 33 degrés, dans un état proche de l’hibernation, et ce, durant 24 heures. Dès que le casque a été retiré, les souris se sont réveillées. L'expérience, décrite dans le journal Nature Metabolism, a aussi montré que le système fonctionnait sur des rongeurs plus gros comme des rats. Des animaux pour lesquels il a été possible de baisser la température corporelle de 1°C. L'équipe cherche désormais à utiliser son casque à ultrasons sur des animaux plus gros.

Si ce processus était adapté à l’homme, cet état proche de la torpeur pourrait avoir un impact positif pour la santé. En effet, selon le Guardian, le ralentissement du métabolisme pourrait faire gagner un temps critique pour traiter des affections potentiellement mortelles telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. "En étendant la fenêtre d'intervention médicale, cette technique offre des perspectives prometteuses pour améliorer les chances de survie des patients", a détaillé le docteur Chen. 


Manon MICHEL

Tout
TF1 Info