Un simple test sanguin pour détecter la maladie d'Alzheimer ?

M.G
Publié le 28 décembre 2022 à 13h03, mis à jour le 28 décembre 2022 à 13h30

Source : Sujet TF1 Info

Des scientifiques ont récemment mis au point un test sanguin permettant de diagnostiquer la maladie d'Alzheimer.
Ce dernier se base sur des protéines que produisent les cerveaux touchés.
S'il venait à être validé par les autorités sanitaires, il favoriserait le dépistage de cette grave pathologie.

Bientôt une percée en matière de santé ? Une équipe de scientifiques ont récemment mis au point un nouveau test permettant de détecter les signes de la maladie d'Alzheimer à partir de marqueurs présents dans un échantillon de sang. À l'heure actuelle, la médecine sait détecter les accumulations anormales de plaques amyloïdes et de protéines Tau, signes d'une maladie dégénérative. Or, la technique développée par le professeur Thomas Karikari et ses collègues de l'université de Pittsburgh (États-Unis) permet de déceler une forme particulière de protéine Tau, appelée Tau dérivée du cerveau. Celle-ci est spécifique à la maladie d'Alzheimer. 

Le test sanguin, permettant de confirmer la présence de cette molécule, a été expérimenté sur 600 patients à différents stades de la maladie d'Alzheimer. Les chercheurs - qui ont détaillé leurs conclusions dans la revue Brain - ont constaté que les niveaux relevés étaient cohérents avec ceux dans le liquide céphalorachidien (LCR) et avec les données récoltées sur le tissu cérébral des personnes décédées à la suite de cette pathologie. Mieux, avec cet outil, ils peuvent distinguer de manière fiable l'Alzheimer des autres maladies neurodégénératives. 

Un diagnostic plus accessible et plus précoce

L'Alzheimer demeure la forme la plus courante de démence. Toutefois, son diagnostic reste difficile, en particulier aux premiers stades de la maladie. Cela signifie que si ce nouveau test reçoit l'aval des autorités de santé, les diagnostics pourraient être établis plus rapidement et plus fréquemment, ouvrant la voie à des thérapies plus précoces et donc plus efficaces. Les directives actuelles recommandent la détection de trois marqueurs distincts (accumulations anormales de plaques amyloïdes et protéines Tau ainsi que la neurodégénérescence) par le biais du scanner cérébral, très coûteux, ou de la douloureuse ponction lombaire. Cela rend la détection particulièrement délicate (et inaccessible à de nombreuses personnes). "Beaucoup de patients, même aux États-Unis, n'ont pas accès aux IRM et aux scanners cérébraux. L'accessibilité est un problème majeur", confirme Thomas Karikari. 

Un test sanguin est moins cher, plus sûr et plus facile à administrer
Thomas Karikari

Dans cette optique, la mise au point d'un test sanguin fiable constituerait un important pas en avant. "Un test sanguin est moins cher, plus sûr et plus facile à administrer, et il peut améliorer la confiance clinique dans le diagnostic de la maladie d'Alzheimer et la sélection des participants aux essais cliniques et au suivi de la maladie", souligne le chercheur dans le Guardian

Désormais, les essais cliniques vont continuer et se multiplier pour s'assurer de l'infaillibilité de ce nouvel outil. La prochaine étape consistera à le valider auprès d'un plus grand nombre de patients, issus de diverses ethnies, et de personnes à différents stades de cette neurodégénérescence. Sur le long terme, cette découverte sur les protéines Tau dérivées du cerveau pourrait permettre d'améliorer la conception de traitements contre la maladie d'Alzheimer.


M.G

Tout
TF1 Info