La Nasa a récemment dévoilé le dernier cliché du télescope James Webb.
Il montre la planète Uranus, ceinte de ses multiples anneaux.

Une énième photo à couper le souffle. Habitué des clichés inédits de grande qualité, le télescope James Webb a récidivé. Cette fois, c'est Uranus qui a été immortalisée. Sur cette image dévoilée par la Nasa, la géante de glace apparaît entourée de onze de ses spectaculaires anneaux. Certains d'entre eux, entièrement constitués de poussière, n'avaient jusqu'ici été photographiés que par la sonde spatiale Voyager 2 (1986) et l'observatoire Keck, situé à plus de 4000 mètres d'altitude, sur le mont Mauna Kea, à Hawaï. Une prouesse d'autant plus impressionnante que ces objets célestes se situent à une distance comprise entre 2,58 et 3,15 milliards de kilomètres de la Terre. 

Septième planète du système solaire, Uranus est environ quatre fois plus grande et quinze fois plus massive que la Terre. Elle est ceinte d'au moins treize anneaux et de 27 lunes, dont les six plus brillantes ont été captées par les instruments du télescope. "Les scientifiques s'attendent à ce que de futures images révèlent deux autres anneaux extérieurs qui ont été découverts par Hubble en 2007", indique le site spécialisé Sciences et avenir

Lunes d'Uranus captées par le télescope James Webb
Lunes d'Uranus captées par le télescope James Webb - SCIENCE: NASA, ESA, CSA, STScI IMAGE PROCESSING: Joseph DePasquale (STScI)

Une géante de glace aux multiples mystères

Tournant sur le côté, à un angle d'environ 90 degrés par rapport au plan de son orbite, cette planète est rythmée par des saisons extrêmes. Ainsi, ses pôles connaissent de nombreuses années de lumière solaire constante, suivies d'un nombre égal d'années d'obscurité totale. En plus de ce cycle inhabituel, une calotte polaire intrigue les scientifiques. "Elle semble apparaître lorsque le pôle est exposé à la lumière directe du soleil en été et disparaître en automne (lorsque le pôle retourne dans l'ombre, ndlr)", explique la Nasa, sur son site internet. "Les données fournies par Webb aideront les scientifiques à comprendre ce mécanisme actuellement mystérieux", ajoute l'organisation américaine. 

Lorsque Voyager 2 avait observé Uranus, sa caméra avait montré une boule "bleu-vert presque sans caractéristiques dans les longueurs d’onde visibles", rappelle, de son côté, l’Agence spatiale européenne (ESA) dans un communiqué. "Grâce aux longueurs d’ondes infrarouges et à la sensibilité accrue de Webb, nous voyons plus de détails, ce qui montre à quel point l’atmosphère d’Uranus est dynamique", assure-t-elle. Cerise sur le gâteau, ce cliché n’était le fruit que d’une courte exposition de 12 minutes avec seulement deux filtres. De quoi espérer, lorsque l'on connaît la diversité des instruments de l'équipement, des photos de cet astre encore plus complètes à l'avenir. 


M.G

Tout
TF1 Info