Une mystérieuse explosion cosmique, "la plus grande" jamais observée, intrigue les scientifiques

par A.B. avec AFP
Publié le 12 mai 2023 à 11h23, mis à jour le 12 mai 2023 à 12h18

Source : Sujet TF1 Info

Des scientifiques ont annoncé, vendredi, avoir découvert la plus "grande" explosion cosmique jamais enregistrée.
Un phénomène détecté il y a trois ans, dont la cause n'est pas encore confirmée.
Il pourrait s'agir d'une supernova ou d'une étoile qui s'est "déchirée" en étant attirée par un trou noir.

C'est une découverte majeure, mais un mystère total. Des astronomes ont annoncé, vendredi 12 mai, avoir découvert la plus "grande" explosion cosmique jamais enregistrée. L'événement observé, catalogué AT2021lwx, montre une boule d'énergie de cent fois la taille de notre système solaire s'allumer soudainement. Un phénomène survenu il y a trois ans, mais seulement observé aujourd'hui. 

AT2021lwx n'est pas l'événement le plus lumineux enregistré, la palme revenant au sursaut-gamma (un jet d'énergie colossal dans l'effondrement d'une étoile) GRB221009A, détecté en octobre 2022 et supposé être "le plus lumineux de tous les temps". Mais l'explosion décrite dans la revue Monthly Notices de la Royal Astronomical Society britannique peut être décrite comme la "plus grande", car elle a libéré en trois ans infiniment plus d'énergie que le sursaut-gamma, selon le principal auteur de l'étude, Philip Wiseman, astrophysicien à l'Université britannique de Southampton. 

"Véritable énigme"

L'explosion avait été détectée en 2020, mais n'a été remarqué que l'année suivante. Selon l'analyse de la lumière, elle a mis huit milliards d'années à parvenir jusqu'au télescope. Quant à son origine, plusieurs théories sont possibles. Il pourrait s'agir d'une supernova, l'explosion d'une étoile massive en fin de vie, mais la luminosité est ici dix fois plus grande qu'attendue. Autre explication possible : la survenue d'un événement de rupture par effet de marée, dans lequel une étoile est déchirée par les forces d'attraction d'un trou noir dont elle s'est trop approchée. Mais là encore, AT2021lwx est trois fois trop lumineux pour valider un tel scénario.

Une troisième théorie estime qu'il pourrait s'agir d'un quasar, une galaxie abritant en son cœur un trou noir supermassif qui se gorge de matière en émettant une quantité de lumière phénoménale. Problème pour valider cette explication : la lumière des quasars est scintillante, alors que dans le cas d'AT2021lwx, elle s'est brusquement accentuée il y a trois ans, un phénomène "jamais observé" et qui a "surgi de nulle part".

Les équipes de Philip Wiseman avancent une autre possibilité : il pourrait s'agir d'un nuage gigantesque de gaz, d'une taille équivalente à celle de 5000 soleils, en train d'être dévoré par un trou noir supermassif. Le problème est que les trous noirs supermassifs sont censés se trouver au centre des galaxies. Et que celle de l'évènement AT2021lwx devrait avoir une taille équivalente à notre Voie lactée. Or, personne n'a encore détecté de galaxie dans les environs de l'évènement observé. "C'est une véritable énigme", résume Philip Wiseman.


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info