À qui appartiennent les débris de fusée qui vont frapper la Lune ?

Publié le 21 février 2022 à 15h03
Une photographie en gros plan de la Lune. Illustration

Une photographie en gros plan de la Lune. Illustration

Source : FREDERIC J. BROWN / AFP

Le 4 mars, un fragment de fusée va s'écraser à la surface de la Lune.
D'abord attribué à SpaceX, la firme d'Elon Musk, il s'agirait en fait d'un fragment de lanceur chinois.
C'est ce qu'affirme l'astronome Bill Gray, malgré les dénégations de Pékin.

À qui appartient le débris de fusée qui va s'écraser sur la Lune ? Fin janvier, l'astronome Bill Gray, créateur d'un logiciel permettant de calculer les trajectoires d'astéroïdes et d'autres objets, avait annoncé que le débris spatial devant frapper, le 4 mars, le satellite naturel de la Terre était le second étage du Falcon 9. Lancée depuis la Floride en 2015, pour déployer un satellite scientifique, le booster faisait partie de la première mission interplanétaire de l'entreprise américaine SpaceX.

Du moins, c'est ce que l'on pensait. La semaine passée, le spécialiste du suivi des objets géocroiseurs est revenu sur sa prédiction, reconnaissant une erreur. Si l'élément s'échouera bien sur le paysage lunaire, il ne viendrait pas de SpaceX, mais aurait été construit en Chine. L'objet en question appartiendrait à une fusée Longue Marche, lancée en 2014 lors de l'envoi dans l'espace de l'engin spatial Chang'e 5-T1, dans le cadre du programme d'exploration lunaire de l'agence spatiale chinoise. 

Une fusée chinoise est retombée sur Terre

Une information qui a été officiellement démentie par la Chine, lundi 21 février. Interrogé sur la possibilité qu'il s'agisse de l'un de ses lanceurs, le ministère chinois des Affaires étrangères a assuré que la fusée incriminée "était rentrée sans danger dans l'atmosphère terrestre et avait entièrement brûlé". Pékin "s'attache consciencieusement à la viabilité à long terme de ses activités spatiales", a indiqué devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin. 

Lire aussi

Par le passé, le géant asiatique a perdu le contrôle d'engins spatiaux, notamment en mai 2021 lorsque "la majeure partie" du premier étage d'une fusée Longue Marche-5B s'était désintégrée au-dessus de l'océan Indien. En 2020, des débris d'une autre Longue Marche s'étaient écrasés sur des villages en Côte d'Ivoire, provoquant des dégâts, mais sans faire de blessés. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info