Depuis vendredi, une tempête solaire d'une intensité rare frappe la Terre, provoquant des aurores boréales, notamment au-dessus de l'Hexagone.
Le spectacle était toutefois bien plus faible dans la nuit de samedi à dimanche, faisant de nombreux déçus.
Il pourrait à nouveau se produire cette nuit, mais la météo ne sera pas au rendez-vous.

Apparues dans tout le pays dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 mai, les aurores boréales se sont faites bien plus timides la nuit suivante. Bien que l'éruption solaire se poursuive, son intensité a été drastiquement réduite au moment où la nuit tombait sur l'Hexagone, provoquant beaucoup de déception chez les traqueurs d'aurores boréales qui se tenaient prêts. Alors, joueront-elles à nouveau à cache-cache dans la nuit de dimanche à lundi ?

Une météo beaucoup moins clémente

Une chose est sûre, l'activité du Soleil est toujours particulièrement intense. Selon l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), les éjections de masses coronales venues directement de l'astre touchent encore notre globe, de manière peu marquée, ce dimanche 12 mai. Toutefois, l'éruption pourrait atteindre un nouveau pic dans la journée, provoquant une tempête pour la seconde fois depuis le début de l'événement. D'après les dernières prévisions du Centre de prévision de la météo spatiale (SWPC) américain, publiées dans l'après-midi, une tempête géomagnétique "d'un niveau violent à extrême" est prévue "plus tard dans la journée" de dimanche. Celle-ci est évaluée à un niveau 4 et plus, sur une échelle de 5, soit seulement un point de moins que la tempête qui avait atteint la Terre vendredi. Ce qui pourrait les rendre "visibles dans des latitudes plus basses".

Reste que ce phénomène est aussi féérique que difficile à prédire. À titre d'exemple, dans la nuit de samedi à dimanche, l'intensité de la tempête s'est rapidement réduite à partir de 21h, rendant le phénomène peu perceptible en France. Pour en savoir plus, les chasseurs d'aurores boréales peuvent se rendre sur le site de la NOAA, qui réalise des prévisions sur 30 minutes.

De quoi donner un peu d'espoir à ceux qui souhaitent à nouveau découvrir ce spectacle époustouflant. Toutefois, la météo spatiale n'est pas le seul indicateur à prendre en compte. Il ne faut pas oublier les prévisions météorologiques. Seul un ciel bien dégagé vers le nord permet de chasser les aurores boréales comme il se doit. Or, la météo est beaucoup moins clémente ce dimanche : la quasi-totalité de l'Hexagone sera recouvert par des nuages, rendant malheureusement le phénomène beaucoup moins visible.


F.S.

Tout
TF1 Info