Thomas Pesquet dans l'espace

Ces nouveaux records que Thomas Pesquet va battre dans l'espace avec la mission "Alpha"

Matthieu DELACHARLERY
Publié le 20 avril 2021 à 17h55, mis à jour le 23 avril 2021 à 8h39
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

COCORICO - Cinq ans après son premier voyage, Thomas Pesquet REPART dans la Station spatiale internationale : une mission de six mois au cours de laquelle l'astronaute tricolore va une nouvelle fois marquer de son empreinte l'histoire de l'exploration spatiale.

Thomas Pesquet repart pour de nouvelles aventures, en apesanteur. L’astronaute tricolore quittera la Terre vendredi 23 avril 2021 pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS). Le Normand y séjournera pendant six mois dans le cadre de la mission "Alpha". 

Son séjour s'annonce une nouvelle fois intense, avec une centaine d'expériences à mener à bord de ce laboratoire perché à 400 kilomètres au-dessus du plancher des vaches. Si ce n’est pas une première, cette nouvelle mission va permettre au Normand de marquer de son empreinte l’histoire de l’exploration spatiale et également de battre quelques records.

Le 1er européen à voler à bord du vaisseau Crew Dragon

L’astronaute de 43 ans fera le voyage à bord du nouvel "autobus spatial" de la Nasa, la capsule Crew Dragon construite par la société privée SpaceX d'Elon Musk, dont le vol inaugural a eu lieu en mai 2020. Le Français quittera la Terre depuis le Centre spatial Kennedy, à Cap Canaveral en Floride (États-Unis), et non du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) comme la dernière fois.

"J’ai eu la chance de voler à bord du Soyouz depuis Baïkonour, au Kazakhstan. Et aujourd’hui, c'est une expérience complètement différente, avec une capsule ultra moderne. C’est une nouvelle aventure et c’est super enthousiasmant", confiait l'astronaute à TF1 en juin dernier. Il s'agira d'ailleurs d'un petit événement :  ce sera la première fois qu’un Européen décollera du sol américain depuis plus de dix ans.

Thomas Pesquet à l'entraînement pour son voyage avec Crew Dragon - @Thom_astro/Twitter

Le Français qui aura passé le plus de temps dans l’espace

Lors de la mission Proxima, Thomas Pesquet avait séjourné 196 jours 17 heures et 50 minutes à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Le Français, dont le retour sur Terre pour cette nouvelle mission n’est pas prévu avant octobre prochain, aura donc l’occasion de pulvériser le record du temps passé dans l’espace par un astronaute tricolore. Il est détenu jusqu’à présent par le spationaute Jean-Pierre Haigneré, avec 209 jours cumulés lors de deux missions à bord de la station spatiale russe MIR, en 1993 puis en 1999. 

Thomas Pesquet lors de la mission Proxima - ESA

Quatre sorties dans l’espace sont au programme de la mission. Il n'égalera donc pas son collègue français Philippe Perrin en nombre de sorties extravéhiculaires lors d’une seule mission, qui est de trois, pour l'heure. Thomas Pesquet pourrait également devenir l’Européen ayant passé le plus de temps dans l’ISS, un record  détenu jusqu'à présent par l’astronaute italien Luca Parmitano avec 366 jours 23 heures et 1 minute. C’est également lui qui cumule à ce jour le plus d’heures dans le vide spatial, avec six sorties dans l’espace (33 heures et 9 minutes) contre deux pour Thomas Pesquet (12 heures et 32 minutes). Un autre record que le Français ne pourra pas égaler au cours de cette nouvelle mission.

Le 1er Français à prendre le commandement de la Station

Thomas Pesquet sera aussi le premier Français à prendre les commandes de la station pendant environ un mois, vers la fin de sa mission de six mois. "Je suis incroyablement honoré ! (...) J'ai la chance d'être le premier Français aux commandes d'un véhicule spatial", s'était réjoui le mois dernier l'ancien pilote de ligne de 43 ans au moment de l'annonce. "C’est un honneur très spécial", avait également commenté un porte-parole de l’Agence spatiale européenne (Esa). 

Thomas Pesquet s'exprime avant son deuxième séjour dans l'espaceSource : TF1 Info
JT Perso

En quoi consiste exactement ce rôle ? Il est essentiellement hiérarchique. Grosso modo, quand il faut réagir vite, en cas de problème, les procédures d’urgence sont menées à partir des directives du commandant. "Il y a beaucoup de choses qui se décident au centre de contrôle au sol", avait expliqué le Français, mais "quand ça va mal et qu'il faut réagir vite, c'est le commandant qui décide, qui assigne un peu les tâches, par exemple si on doit faire face à un départ de feu ou une dépressurisation". Un honneur et aussi une lourde responsabilité.


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info