Le WE

VIDÉO - Greffe de cœur : Gérald Kierzek vous présente, en 3D, les techniques de demain

TF1 | Gérarld Kierzek
Publié le 30 mai 2022 à 12h40
JT Perso

Source : JT 20h WE

À quoi ressembleront demain les techniques de greffe et de réparation de cœur ?
Une combinaison d'impression 3D et de cellules souches donne de grands espoirs.
Gérald Kierzek vous présente les innovations majeures à venir.

Ces innovations vont sauver des vies. Comme le présente sur le plateau du 20H le docteur Gérald Kierzek, consultant Santé TF1-LCI, les nouvelles techniques de greffe ou de réparation du cœur présentent un formidable espoir pour les 26 millions de patients qui souffrent d'insuffisance cardiaque (vidéo en tête d'article).

Pourquoi a-t-on besoin d'avoir recours aux animaux, comme cela a été le cas en début d'année avec la première greffe d'un cœur de porc chez l'homme ?   

Nous manquons de greffons et de donneurs. Et pour faire face à ce manque, il faut trouver des solutions alternatives, sachant que le cœur est un organe d'une complexité extraordinaire. Pour rappel, il bat 60 à 80 fois par minute à l'intérieur de notre poitrine grâce à un myocarde, un muscle cardiaque lui-même oxygéné et irrigué. À l'intérieur, les cavités, les oreillettes, et les ventricules permettent d'oxygéner et de recycler le sang dans tout l'organisme avec des systèmes de clapets et de valves anti retour.

Les chercheurs travaillent aussi depuis longtemps sur les cœurs artificiels. Où en est-on ?

Une société française a mis au point une pompe mécanique avec les oreillettes et les ventricules. Le problème, c'est que ce cœur artificiel, implanté dans la poitrine, n'est pas encore autonome. Il a besoin d'un système d'alimentation énergétique, notamment des batteries externes. Cependant, il y a une autre piste thérapeutique, qui consiste à régénérer les cellules quand on ne peut pas remplacer le cœur.

En cas d'infarctus ou d'insuffisance cardiaque par exemple, une partie du cœur où tout le muscle cardiaque dysfonctionne. L'objectif serait alors de remplacer uniquement les cellules qui sont dysfonctionnelles. La start-up de biotechnologie de Mulhouse, à partir d'une simple prise de sang, va prélever des cellules-souches, les multiplier, les mettre en culture dans un automate pour les  regreffer directement au niveau du muscle cardiaque.

Lire aussi

Ces cellules sont-elles censées réparer le cœur ?

Oui, et on peut imaginer une combinaison avec de la bioimpression en 3D, une technique qui a fait des progrès fantastiques. Grâce à une imprimante 3D, les chercheurs sont en effet capables de reconstituer l'organe, l'anatomie du cœur, mais pas encore son fonctionnement. Si on combine le cœur fabriqué en bio matériel avec des cellules souches, on peut imaginer que celui-ci en serait tapissé : on aurait alors un cœur qui bat à l'intérieur de la poitrine. 


TF1 | Gérarld Kierzek

Tout
TF1 Info