Après l'explosion de la fusée Starship, SpaceX dans le collimateur des associations de protection de l'environnement

par M.D. avec AFP
Publié le 3 mai 2023 à 15h43

Source : TF1 Info

Des associations ont annoncé lundi poursuivre en justice le régulateur aérien américain.
Elles accusent l'agence d'avoir mal évalué l'impact environnemental de la fusée Starship.

SpaceX, un voisin encombrant, bruyant… et pas très écolo ! Des associations ont annoncé lundi 1er mai poursuivre en justice le régulateur aérien américain, l'accusant d'avoir mal évalué l'impact environnemental de la nouvelle fusée de SpaceX, Starship, dont un exemplaire a explosé en vol il y a deux semaines au Texas. L'agence américaine de l'aviation (FAA) a délivré mi-avril une licence de vol de cinq ans à SpaceX pour cette fusée, la plus grande du monde, développée et testée par la société à Boca Chica, à l'extrême sud de l'État. 

Le 20 avril, l'entreprise d'Elon Musk a fait décoller Starship pour la première fois, mais la fusée a rencontré des anomalies, forçant SpaceX à activer la commande d'auto-destruction, ce qui a déclenché son explosion au-dessus de la mer, au bout d'environ quatre minutes de vol. Le pas de tir a lui-même été partiellement détruit par la puissance des moteurs de l'engin, faisant voler débris et morceaux de béton. Une plainte a été déposée au tribunal fédéral de la capitale Washington par plusieurs organisations, dont le Center for Biological Diversity et l'American Bird Conservancy. 

 "L'aire de lancement se trouve à côté d'habitats d'espèces protégées et d'oiseaux migratoires, comme la tortue de Kemp ou le pluvier siffleur", a déclaré dans un communiqué le Center for Biological Diversity, en soulignant que le test avait "aspergé les alentours de particules [fines]"

L'organisation a également cité la pollution sonore et lumineuse liée à la base spatiale, ainsi que les départs de feu causés. Le vol d'essai du 20 avril a causé un incendie d'environ 1,5 hectare dans le parc régional de Boca Chica, au sud de l'aire de lancement, selon les services fédéraux de protection de la faune (Fish and Wildlife Service).

Aucun animal n'a été retrouvé mort

En accordant sa licence, l'agence américaine de l'aviation a imposé à SpaceX un certain nombre de contraintes, notamment une évaluation de la faune et de la flore par un biologiste, avant et après un décollage. Les éventuels débris doivent être nettoyés. Mais ces mesures "ne sont pas suffisantes pour empêcher le programme de vol de causer des dégâts environnementaux importants", a argumenté le Center for Biological Diversity. Toutefois, aucun animal n'a été retrouvé mort sur les terres gérées par ces services, ont-ils ajouté dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Les conséquences du décollage incluent de nombreux morceaux de béton, plaques en acier, métaux et autres objets projetés sur des centaines de mètres, et un nuage de béton pulvérisé a déposé de la matière" jusqu'à plus de 10 km au nord-ouest du pas de tir, ont détaillé les services fédéraux. Contrairement à d'autres sites de lancement de grosses fusées, le site de Boca Chica de SpaceX manque à la fois d'un système de déluge, qui inonde les coussinets d'eau ou de mousse, supprimant les ondes de choc, et d'une tranchée de flammes pour évacuer en toute sécurité les gaz d'échappement brûlants.


M.D. avec AFP

Tout
TF1 Info