Bien dans son corps, bien dans sa tête

Cerveau, intestins et humeur : l'étonnante découverte de chercheurs de l'Institut Pasteur

V.F
Publié le 13 septembre 2021 à 12h09
JT Perso

Source : JT 13h WE

SCIENCES - Les chercheurs de l'Institut Pasteur viennent de faire une étonnante découverte : le cerveau et les intestins dialogueraient en permanence et décideraient ensemble de notre humeur.

C'est l'histoire d'une rencontre entre deux chercheurs. L'un travaille sur le cerveau, l'autre sur l'intestin et les bactéries qu'il contient, ce qu'on appelle le microbiote. À première vue, rien à voir, et pourtant. "Dans l'intestin, le système immunitaire et le microbiote interagissent et cette interaction envoie des signaux par divers canaux au cerveau", explique Gérard Erbel, chercheur à l'unité "micro-environnement et immunité" de l'Institut Pasteur, dans le JT de 13H, à voir dans la vidéo en tête de cet article. 

"Et comme nous l'avons découvert, non seulement ce cerveau prend de l'information venant de l'intestin, mais il agit par voie retour sur cet intestin au travers de son action sur le microbiote et le système immunitaire", renchérit Pierre-Marie Lledo, chercheur à l'unité "perception et mémoire" de l'Institut Pasteur. 

Un lien entre bactéries et dépression

Mais comment les bactéries de notre intestin peuvent-elles communiquer avec notre cerveau ? Il n'en fallait pas davantage pour piquer la curiosité de ces deux chercheurs. L'équipe vient même de montrer un lien entre bactéries et dépression en observant des souris. L'une d'elle n'ose pas sortir de son habitacle. L'origine de son anxiété se trouve dans son intestin où une bactérie fait défaut. On parle de microbiote stressé. "Le microbiote peut transférer un syndrome mental", admet Gérard Erbel.

Parallèlement, les chercheurs ont aussi identifié les bactéries qui redonnent aux souris leur joie de vivre en agissant comme un antidépresseur. "Nous avons pu découvrir le rôle bénéfique de certaines bactéries dans les intestins qui produisent un précurseur de la sérotonine", précise Pierre-Marie Lledo. 

Lire aussi

Cette découverte a déjà permis de comprendre pourquoi certains antidépresseurs ne fonctionnent pas très bien. Elle ouvre aussi la voie à de nouvelles thérapies.


V.F

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info