Couper des oignons peut parfois virer au supplice.
Mais pourquoi font-ils pleurer ?

Vous avez sûrement déjà fait l’expérience de couper des oignons et de vous surprendre à pleurer. Mais d'où vient cette réaction de nos yeux ? Comme tout animal ou végétal, l’oignon est un être vivant, et à ce titre, il est composé de cellules. Il pousse sous terre et a la capacité de capter dans sa chair le souffre contenu dans le sol, comme d'ailleurs l’ail, l’échalote, la ciboule ou le poireau. 

Couper l’oignon perce ses différentes cellules remplies de liquide, dans lequel se trouvent des composés sulfurés. Ces derniers libèrent dans l'air un gaz toxique. Et lorsque celui-ci voyage jusqu’à nos yeux, il se transforme en acide sulfurique au contact du liquide lacrymal. L’œil se défend et produit alors une sensation de picotement, occasionnant des larmes réflexes pour accélérer le nettoyage et le soulager au plus vite.

Des astuces pour éviter les larmes

Mais émincer des oignons sans pleurs, c’est possible. Première astuce : éplucher les oignons à côté d’un jet d’eau ou dans un récipient rempli d’eau. Celle-ci absorbera le gaz toxique et il n'arrivera pas jusqu'à vos yeux. Certains recommandent aussi de mettre l’oignon au congélateur dix minutes avant de l’éplucher. Mais la solution la plus simple et la plus rapide pour couper les oignons - au-delà de celle de porter des lunettes de plongée - est de se munir d’une mandoline. Parfaitement aiguisée, elle ne déchire pas l'oignon, permet de l'éloigner des yeux et d'empêcher le gaz de s'y échapper. 

Solution encore plus radicale : l'oignon qui ne fait pas pleurer. Un agriculteur auvergnat, que TF1 rencontre dans le reportage à retrouver en tête de cet article, a décidé de miser sur une telle variété, mise au point à la fin des années 80 par un chercheur américain. Déjà présents aux États-Unis, plus de 450 tonnes de "sunions" seront commercialisées cette année en France. 


Anta FALL

Tout
TF1 Info