10% de la population vivant en France est immigrée, révèle l'Insee

par M.G avec AFP
Publié le 30 mars 2023 à 19h04
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

L'Insee a indiqué, dans sa dernière étude démographique, jeudi, que les personnes immigrées représentent désormais un dixième de la population française.
C'est bien plus qu'en 1968 (6,5%).
Au total, c'est près d'un tiers des habitants de l'Hexagone qui ont un lien avec l'immigration.

La dernière étude démographique de l'Insee, réalisée sur plusieurs générations et publiée ce jeudi 30 mars, révèle que les immigrés représentent plus d'un dixième de la population française. Ces derniers, définis comme des personnes "nées étrangères à l'étranger", étaient 6,96 millions à vivre en France en 2021 (les précédentes données datent de 2011), soit 10,3% de la population - plus du double par rapport à 1956 (4,4%) -, indique le document intitulé "Immigrés et descendants d'immigrés en France". Environ 36% de ces personnes ont acquis la nationalité française depuis leur arrivée sur le territoire. 

La population étrangère en France représente donc 5,2 millions de personnes - entre les immigrés de nationalité étrangère et les étrangers nés en France -, indique l'institut. 

Un tiers de la population en France a un lien avec l'immigration sur trois générations

Sylvie Le Minez

Dans les faits, "un tiers de la population en France a un lien avec l'immigration sur trois générations", affirme Sylvie Le Minez, cheffe de l'unité des études démographiques et sociale à l'Insee. Mais le lien avec l'immigration se dilue au fil du temps : parmi les descendants d'immigrés, ceux de la deuxième génération sont plus de 50% à n'avoir qu'un seul parent immigré, et ceux de la troisième génération (qui ont au moins un grand-parent immigré) sont 90% à n'avoir qu'un ou deux grands-parents immigrés. 

Avec 11% de la population descendante de "deuxième génération" (7,3 millions sur 67,6 millions de personnes) et 10% de la population âgée de moins de 60 ans qui est un petit-enfant d'immigré, il y a une "diffusion dans la société" par "une mixité très importante en France", explique l'experte. Chez la troisième génération, moins de 1% des personnes ont quatre grands-parents immigrés, ce qui dénote d'une intégration des nouveaux arrivés au fil des années. 

Des changements structurels ces dernières années

Autre constat saisissant, les origines des immigrés ont évolué. Là où ils étaient surtout originaires d'Europe du Sud il y a cinquante ans, ils viennent désormais principalement du Maghreb, d'Afrique ou d'Asie. Ainsi, les immigrés venant d'Espagne et d'Italie sont passés de 543.000 en 2011 à 531.000 en 2021. De leur côté, les Maghrébins représentent deux millions de personnes (1,63 million en 2011). Au total, près de la moitié des immigrés en 2021 sont originaires d'Afrique (3,31 millions sur 6,96). La part de femmes dans cette population a également fortement augmenté (52% contre 44% en 1968).

Malgré tout, si la croissance de l'immigration "est plus soutenue ces dernières années", au niveau européen, "la France se situe dans la moyenne", derrière l'Allemagne ou l'Espagne, note Sylvie Le Minez. Dans l'Hexagone, elle se concentre surtout dans les grandes agglomérations. Exemple parlant, 20% de la population parisienne est immigrée, souligne l'Insee. 

Lire aussi

À noter que le niveau de vie moyen des personnes immigrées est inférieur de 22% à celui du reste de la population française. Ainsi, seule une sur trois (32%) est propriétaire de son logement (59% en général). Ces difficultés se retrouvent aussi au niveau des emplois, avec un taux de chômage de 13% en 2021 (8% pour l'ensemble de la population), des niveaux de salaire plus faibles et des emplois moins qualifiés. De manière générale, ces individus - en particulier ceux qui ne sont pas d'origine européenne - "occupent une position plus défavorable sur le marché du travail"


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info