Hommage national à Hubert Germain : ce qui est prévu ce jeudi 11 novembre

La rédaction de LCI (avec AFP)
Publié le 11 novembre 2021 à 9h00, mis à jour le 11 novembre 2021 à 10h16
JT Perso

Source : Sujet Digital LCI

L'essentiel

PROGRAMME - Le dernier Compagnon de l’Ordre de la Libération, qui a combattu au sein des Forces Françaises Libres, sera inhumé au Mont-Valérien ce jeudi 11 novembre 2021. La cérémonie d’hommage débutera la veille, selon un déroulé imaginé en 1945 par le Général de Gaulle.

Il était leur dernier représentant. La mémoire d’Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, sera célébrée le 11 novembre, jour de commémoration du 103e anniversaire de l’Armistice de 1918, lors d’une cérémonie sous l’arc de Triomphe, présidée par Emmanuel Macron. 

La cérémonie sera diffusée en direct à partir de 10 h 15 sur TF1 et LCI. Le corps de caporal-chef d’honneur de la légion étrangère sera ensuite inhumé au Mont-Valérien, principal lieu d’exécution des résistants durant la Seconde Guerre mondiale, et reposera dans la crypte du mémorial de la France combattante.  

Décédé le 12 octobre dernier, cet ancien député gaulliste et ministre de Georges Pompidou avait été Grand Croix de la Légion d’honneur pour son engagement aux côtés des Forces Françaises Libres, pour lesquelles il a combattu notamment lors de la bataille de Bir Hakeim et a débarqué sur les plages de Provence en 1944. 

Le 11 novembre au matin, son corps sera d’ailleurs conduit des Invalides à l’Arc de Triomphe par un char blindé AMX-10 baptisé "Bir Hakeim". Son convoi funèbre s’arrêtera aussi, selon sa volonté, au pied des Champs-Élysées pour un temps de recueillement devant la statue du Général de Gaulle, précise l’Ordre de la Libération dans un communiqué

Dernier hommage au Mont-Valérien

L’après-midi, dans une "dernière séquence plus intime" au Mont-Valérien, des membres de l’Ordre de la Libération et des proches des Compagnons lui rendront un dernier hommage, avant qu’Emmanuel Macron n’entre seul dans la crypte pour le saluer une dernière fois. 

Le grand public pouvait se recueillir sur sa dépouille mercredi 10 novembre à l’Hôtel national des Invalides, veillée par des soldats, marins et aviateurs membres des Compagnons de la Libération. La coupole dorée était à tous de 10 à 19 heures. L’occasion également de rendre hommage "à travers lui à ses 1037 Compagnons constituant, selon les mots du général de Gaulle, ‘cette chevalerie exceptionnelle créée au moment le plus grave de l’histoire de France’", indique l’Ordre de la Libération. 

Parmi ces compagnons, qui comptent six femmes, tous ont reçu le titre créé par Charles de Gaulle en novembre 1940 pour "récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l'œuvre de libération de la France et son empire". Les visiteurs pouvaient laisser un message sur des livres d’or versés ensuite aux archives de l’Ordre de la Libération. 

Des cérémonies organisées selon les vœux du général De Gaulle

Ces hommages suivent le modèle des cérémonies des 10 et 11 novembres 1945, souhaitées par le général de Gaulle, dont l’anniversaire du décès a d'ailleurs été commémoré ce mardi 9 novembre. Le chef de la France libre avait choisi la date du 11 novembre en particulier pour "honorer également les Morts pour la France de la Seconde Guerre mondiale", explique l’Ordre de la Libération. 

La veille, les corps de treize hommes et deux femmes "Morts pour la France" entre 1939 et 1945 avaient été de même transférés sous le dôme des Invalides qui avait été également ouvert à tous les Français. Les cercueils avaient ensuite fait une halte à l’Arc de Triomphe, réunis en cercle autour du Soldat inconnu "pour une grande cérémonie où le général de Gaulle voulait relier ainsi les deux conflits majeurs du 20e siècle". 

Ils furent ensuite inhumés dans la crypte du mémorial de la France combattante autour d’un caveau vide, qui attendait jusque-là que le dernier Compagnon ne les rejoigne. Ce sera chose faite ce jeudi.