Une nouvelle expression, contraction de "never" et "old", a fait son apparition pour désigner une génération qui se considère souvent oubliée.
Imaginée par deux professionnelles du marketing, elle réunit déjà plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur les réseaux sociaux.
Mais qui sont les concernés ?

"Attention, ça va couper je n'ai plus de pièce". Si vous avez déjà, au cours de votre vie, prononcé cette phrase ou regardé L'île aux enfants dans votre enfance en mangeant des "karaneiges", vous faites probablement partie des "nolds". Cette expression, la contraction des deux mots anglais "never" (jamais) et "old" (vieux) pour "jamais vieux", a récemment fait son apparition pour décrire un sentiment d'entre-deux familier à toute une génération : celle des 45-65 ans. Soit potentiellement, 17,3  millions de Français. 

De quoi parle-t-on ?

Plus en détail, le terme a été imaginé par deux professionnelles du marketing chez Danone : Anne Thévenet-Abitbol et Charlotte Darsy. Objectif : décrire les personnes de cette tranche d'âge trop jeunes pour être qualifiées de seniors et trop âgées pour faire partie des "Z". En d'autres termes, cela s'adresse à ceux "qui se reconnaissent dans un autre espace temps, trop jeune pour être vieux, trop vieux pour être jeunes".

À titre de repère, selon un sondage Toluna Harris Interactive, réalisé en mai 2023, chez les 45-65 ans, 8 personnes sur 10 disent ne pas se reconnaître dans les standards générationnels qu’on leur soumet, et près de la moitié (45%) s’estiment invisibilisées dans les médias, associées trop tôt et à tort aux "boomers" (nées entre 1943 et 1960). Et pour cause : selon les conceptrices du mouvement "nold", les concernés ne se sentent pas du tout "vieux" et vivent assez mal d'être associés à leurs ainés. Ces dernières ont donc voulu imaginer "un mouvement positif pour embarquer toute une communauté dans la joie et la bonne humeur".

60.000 abonnés sur les réseaux sociaux

"On a voulu lancer un mouvement pour lutter contre l’âgisme ordinaire. Les années passent, mais ce n’est pas pour autant qu’on devient vieux. Être 'nold', c’est une question d’état d’esprit, avec un pied dans le passé qui fait marrer et un pied dans le futur qui fait avancer", résume auprès de Ouest-France, Anne Thevenet-Abitbol.

Si les premières publications sur les réseaux sociaux faisant mention de l'expression "nold" remontent à deux ans environ, ça n'est que depuis peu que cette communauté peut également compter sur un site internet qui lui est réservé : noldneverold.com. Ce dernier propose déjà des séances de coaching bien-être (sommeil, mémoire, nutrition) tandis que les pages Facebook et Instagram cumulent désormais plus de 60.000 abonnés.


A. LG

Tout
TF1 Info