La mort de Jacques Chirac

À Paris, le quai Branly rebaptisé quai Jacques-Chirac

La rédaction de LCI
Publié le 14 avril 2021 à 12h32
Le quai Jacques-Chirac passera devant la maison du Japon, un pays avec lequel l'ancien président avait tissé des liens profonds.

Le quai Jacques-Chirac passera devant la maison du Japon, un pays avec lequel l'ancien président avait tissé des liens profonds.

Source : Thomas SAMSON / AFP

HOMMAGE - En mémoire à l'ancien président et premier maire de Paris élu au suffrage universel, le quai Branly portera désormais le nom de quai Jacques-Chirac.

La majeure partie du quai Branly va être rebaptisé le quai Jacques-Chirac, en hommage à l'ancien président de la République (1995-2007) et maire de la capitale (1977-1995), décédé en 2019. Il s’étendra sur plus d’un kilomètre, du musée Branly, ouvert en 2006 à l'initiative de Jacques Chirac et qui porte également son nom depuis 2016, jusqu’à la place des Martyrs Juifs du Vélodrome d'Hiver, là où Jacques Chirac avait été le premier président à reconnaître la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale. 

"Sur les pierres de Paris"

Premier maire de Paris élu au suffrage universel en 1977, le fondateur du RPR avait démissionné au bout de son troisième mandat, en 1995, après son élection comme chef de l'État. Le projet de délibération a été adopté mardi à l'unanimité lors du Conseil de Paris. 

"Nous faisons honneur au président de la République et au maire de la capitale, mais aussi à notre assemblée", a commenté la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo, qui avait dès le décès de son prédécesseur annoncé son intention de lui rendre hommage "sur les pierres de Paris".

Rachida Dati, la maire (LR) du VIIe arrondissement, où se situe la grande partie du quai, a salué la mémoire d'un "homme d'histoire, de culture, et un homme d'État", notamment avec son "discours de rupture du Vélodrome d'hiver"

"Il croyait en une certaine idée de Paris, une certaine idée de la France", a déclaré pour sa part le maire (LR) du XVe arrondissement Philippe Goujon, qui fut l'adjoint de Jacques Chirac lors de son dernier mandat de maire.

Une promenade Gisèle-Halimi

Le Conseil de Paris a également voté, toujours dans le VIIe arrondissement et en bordure de Seine, la dénomination d'une promenade Gisèle-Halimi, en mémoire à cette avocate de renom, "combattante inlassable des droits des femmes" et "grande personnalité de l'anti-colonialisme, qui ne cessera de dénoncer les tortures perpétrées pendant la guerre d'Algérie". La militante féministe avait disparue en 2020, au niveau des berges du fleuve. 


La rédaction de LCI