Affaire du bar identitaire à Lille : le parquet ouvre une enquête préliminaire

Anaïs Condomines
Publié le 12 décembre 2018 à 13h28, mis à jour le 13 décembre 2018 à 11h27
Affaire du bar identitaire à Lille : le parquet ouvre une enquête préliminaire

Source : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

JUSTICE - Après qu'un reportage de la chaîne qatarie Al Jazeera a relaté des actions violentes, filmées ou planifiées, du groupuscule d'extrême droite "Génération identitaire" à Lille, le parquet a ouvert mercredi soir une enquête préliminaire.

Une réponse judiciaire à venir ? Lundi 10 décembre, la chaîne Al Jazeera a diffusé la première partie d'un documentaire consacré au groupuscule d'extrême droite "Génération identitaire", qui a établi en 2016 un quartier général, son "club", dans un bar privé au centre de Lille dénommé "La Citadelle". Des images qui montrent des faits de violences avérés envers la communauté musulmane.

Mercredi en fin de journée, le parquet de Lille a ordonné une enquête préliminaire, confiée à la direction départementale de la sécurité publique du Nord. Quelques heures plus tôt, la maire de Lille Martine Aubry, après avoir saisi le préfet pour lui demander d'envisager la fermeture de l'établissement, avait adressé un courrier au procureur de la République. Elle lui rappellait "les propos insupportables d'incitation à la violence, à la haine raciale", "l'apologie du régime nazi" et les "actes de violences en raison de l'appartenance réelle ou supposée d'une personne" perpétrés par des membres du club et montrés dans le reportage. Et ajoutait : "Je n'ai pas de doute sur le fait que vos services diligenteront une enquête sur les faits dévoilés dans ce reportage et je peux vous assurer de mon entier soutien dans cette démarche."

Lire aussi

Charlie Hebdo, à côté, c'est de la pisse de chien

Rémi Falize

Dans ce reportage, on peut voir un certain Rémi Falize, fréquentant le bar, pousser puis frapper une jeune femme supposément d'origine maghrébine, puis s'en vanter devant la caméra cachée du journaliste infiltré. Ce même homme, plus tôt dans le reportage, est montré en train d'évoquer un projet d'attentat au marché de Wazemmes, situé dans les quartiers populaires de la capitale des Flandres et fréquenté par la communauté musulmane. Dans un dialogue imaginaire avec sa mère relaté devant des membres de "La Citadelle" : "Maman, tu vas pas au marché de Wazemmes, c’est moi qui y va (sic). Qui y vais. Je vais là-bas, je te fais un carnage. Charlie Hebdo à côté c’est de la pisse de chien. Le marché de Wazemmes c’est là où il y a tous les 'gnoules' de Lille qui y vont. Tu vas là un dimanche en voiture mais tu fais un bordel. Je laisserai ma carte d’identité sur la banquette tu sais comme les djihadistes. (…) Pour peu je meurs pas pendant le carnage, hop, j’en refais un autre, je te jure."

On l'entend également détailler un autre projet : "Le jour où je sais que j’ai une maladie incurable, mec, je m’achète une arme je fais un carnage. Quitte à mourir de ma maladie, autant me faire fusiller par les flics." Lorsque le journaliste incognito lui demande sa cible, il répond : "une mosquée, n’importe quoi. Même voiture bélier, je prends ma voiture BAAAM allez…"

Capture d'écran Al Jazeera

Pas d'enquête ouverte pour l'instant

Des propos et des faits qui, du point de vue de la maire de Lille, pourraient tomber sous le coup de la loi. Contacté par LCI, le parquet de Lille nous fait savoir qu'aucune enquête n'est ouverte pour l'instant. Mais qu'il a "pris connaissance très rapidement du reportage et qu'une évaluation est en cours".

De son côté, Aurélien Verhassel, visible dans le reportage et qui se présente comme le président de "La Citadelle", nous a renvoyé vers son avocat, Maxime Moulin. Celui-ci décrit le reportage d'Al Jazeera comme "un mélange de savants montages", avec une "traduction approximative", montrant des "individus qui ne s'expriment pas au nom de la Citadelle". Quant à l'acte de violence filmé perpétré par Rémi Falize, l'avocat indique que son client le "condamne". Questionné sur le fait de savoir si cette personne est adhérente du club privé, maître Moulin indique ne pas pouvoir nous répondre, en revanche, Génération Identitaire nous affirme qu'il est "trop vieux pour en faire partie". 


Anaïs Condomines

Tout
TF1 Info