Agression filmée de policiers à Champigny : que risquent les vidéastes ?

Reccueilli par A. LE GUELLEC
Publié le 3 janvier 2018 à 20h06, mis à jour le 4 janvier 2018 à 10h25
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ÉCLAIRAGE - Après le lynchage de deux fonctionnaires qui tentaient de rétablir l'ordre lors d'une soirée dans le Val-de-Marne le soir de la Saint-Sylvestre, des vidéos de la scène ont été diffusées et largement reprises sur les réseaux sociaux. LCI fait le point avec un juriste sur les sanctions encourues par ceux qui ont filmé ou diffusé ces images.

Sans vidéos, reprises en boucle sur les réseaux sociaux depuis lundi, le passage à tabac de deux policiers à Champigny-sur-Marne, la nuit du Nouvel an, serait peut-être passé inaperçu. Or, paradoxalement, filmer puis faire la promotion sur la Toile d'images aussi violentes, est loin d'être sans conséquence sur le plan juridique. "Qu'importent les intentions, bonnes ou mauvaises, qui se cachent derrière", explique à LCI Anthony Bem, avocat spécialiste du droit de l'internet. Que risquent les personnes qui captent ces délits ? Celles qui les enregistrent ? Qui les diffusent ? LCI a posé la question à cet expert des problématiques innovantes liées au développement de l’Internet et à la cybercriminalité.


Reccueilli par A. LE GUELLEC

Tout
TF1 Info