Air France : dans l'ombre des pilotes, qui sont les "petits salaires" en grève ?

par Matthieu JUBLIN
Publié le 7 mai 2018 à 16h14
Air France : dans l'ombre des pilotes, qui sont les "petits salaires" en grève ?

Source : Philippe LOPEZ / AFP

MOUVEMENT SOCIAL - Alors que la grève du personnel d'Air France entame son 14e jour lundi, les critiques envers le mouvement se concentrent sur la rémunération du personnel naviguant. Mais une bonne partie des grévistes n'en fait pas partie. Explications.

Alors que le mouvement de grève des personnels d'Air France entame son 14e jour ce lundi, l'intersyndicale continue de réclamer une augmentation de 5,1% en 2018 pour tous les salariés, un "rattrapage" jugé nécessaire après six ans de gel de la grille salariale. 

La direction proposait "des augmentations générales de salaire de 7% sur quatre ans", et des "augmentations individuelles" conditionnées aux résultats financiers sur la période 2018-2021. Le refus de cette proposition a entraîné le départ du PDG d'Air France Jean-Marc Janaillac, qui a annoncé sa démission vendredi.

Lire aussi

Le mouvement social perdure, et plusieurs voix s'élèvent pour critiquer les revendications des pilotes, dont les salaires sont jugés suffisamment élevés. "Les demandes des pilotes d'Air France ne sont pas justifiées", a même lancé le ministre de l'économie Bruno Le Maire. La publication par Capital, fin mars, du salaire moyen des différentes catégories de salariés d'Air France, avait engendré des critiques envers les pilotes.

Le salaire moyen mensuel des pilotes oscille en effet entre près de 11.500 euros bruts (pour une femme copilote), à près de 20.000 euros bruts (pour un homme pilote instructeur) lors de l'année 2016. Les pilotes sont de très loin la catégorie la mieux payée de l'entreprise, mais ce sont aussi les moins nombreux.

3.500 pilotes pour 32.000 personnels au sol

Au sein d'Air France, il existe d'autres catégories que les pilotes : le personnel naviguant commercial (PNC), composé des stewards, hôtesses et chefs de cabine, et le personnel au sol, composé d'ouvriers, de techniciens ou de cadres. En 2016, sur environ 48.000 salariés, Air France compte 3.500 pilotes, il y avait 13.000 PNC et 32.000 personnels au sol.

Une bonne partie des grévistes ne sont donc pas des pilotes. Pour ces derniers, le taux de grévistes ce lundi était estimé à 14,2%, tandis que les PNC sont 18,1% à faire grève et que les personnels au sol sont 10%. Pour mardi, le taux prévisionnel de grévistes est de 14,2 % pour les pilotes, 17,8 % pour les PNC et 2,9% pour les personnels au sol.

Salaire moyen d'une ouvrière d'Air France : 2.066 euros bruts

Si l'intersyndicale porte la même revendication salariale pour l'ensemble du personnel sans distinction, tous les salariés d'Air France n'ont pas actuellement le même salaire, loin s'en faut. Le salaire brut moyen des pilotes est largement supérieur à 12.000 euros par mois, quand celui des hôtesses et stewards se situe aux alentours de 3.500 euros. Les ouvriers et les techniciens au sol gagnent, eux, en moyenne 2.066 euros bruts pour les femmes et 2.981 euros bruts pour les hommes.

Si l'on compare, pour chaque catégorie, le salaire des personnels ayant le statut de cadre, les différences de salaire sont tout aussi importantes. Pour les cadres qui restent au sol, le salaire brut mensuel est de 4.027 euros pour une femme et 4.639 pour un homme. On passe à environ 6.150 euros pour les cadres du personnel naviguant commercial, tandis que les cadres pilotes femmes gagnent 14.220 euros, et les hommes 18.008 euros bruts mensuels.

Tous ces chiffres sont des moyennes, ce qui signifie que le salaire mensuel brut d'ouvrières d'Air France peut être inférieur à 2.000 euros, et que le salaire mensuel brut d'un pilote instructeur peut être supérieur à 20.000 euros, d'autant plus qu'il dépend du nombre d'heures de vol et du travail de nuit.


Matthieu JUBLIN

Tout
TF1 Info