Le 7 octobre a provoqué une explosion des actes antisémites en France.
Si bien que 86% des Français juifs craignent désormais d'être victimes d'agressions antisémites, selon une étude menée par l'Ifop et publiée ce samedi.
Et de plus en plus de Français, toutes confessions confondues, constatent la hausse du phénomène dans le pays.

Les massacres perpétrés par le Hamas contre Israël n'ont pas provoqué la solidarité autour des Juifs, bien au contraire. Depuis le 7 octobre, les discours et les actes antisémites se sont banalisés dans la société, comme le révèle une enquête réalisée par l'Ifop pour l'antenne française de l'American Jewish Committee publiée ce samedi 4 mai dans les pages du Parisien. Si bien que désormais, plus de huit juifs français sur dix affirment craindre d'être victimes de la haine anti-juive.

Face à l'antisémitisme, la stratégie d'invisibilisation

Selon les résultats de ce sondage, le malaise des Français de confession juive est profond. Parmi les 500 personnes interrogées, 92% affirment ainsi avoir le sentiment que l'antisémitisme est un "phénomène répandu" dans notre pays, quand la quasi-totalité d'entre eux (94%) observe qu'il est en "augmentation". Une intuition partagée par l'ensemble de la population. 76% des personnes interrogées disent constater la présence de l'antisémitisme dans le pays, soit 12 points de plus qu'il y a deux ans.

Un sentiment qui s'explique par une flambée des actes antisémites dans le pays, et une banalisation de l'antisémitisme dans les discours, notamment chez les plus jeunes. Le "rajeunissement de l'antisémitisme" est d'ailleurs le deuxième grand enseignement de cette enquête. Selon les données publiées par Le Parisien, plus d'un tiers (35%) des personnes interrogées de moins de 25 ans estiment justifié de s'en prendre aux juifs en raison de leur soutien supposé à Israël, contre 21% dans la population générale.

Raison pour laquelle désormais, les juifs sont nombreux à adopter des comportements de dissimulation pour se protéger. En France, où la communauté juive est la plus importante d'Europe, avec 500.000 membres, plus de la moitié des personnes interrogées (56%) dit avoir arrêté de porter des signes religieux dans les espaces publics. 19% ont retiré la mézouzah de leur façade, cet objet de culte que les juifs accrochent à la porte de leur maison, et 18% sont allés jusqu'à modifier leur nom de famille sur les applications de livraison à domicile. À la peur vient s'ajouter un sentiment de solitude. 80% des juifs interrogés disent l'avoir ressenti après le 7 octobre. 


F.S.

Tout
TF1 Info