Arrêt des soins de Vincent Lambert : "C'est une question de semaines"

Anaïs Condomines
Publié le 15 juillet 2015 à 18h11

FIN DE VIE – Alors que l'équipe soignante du CHU de Reims recevait ce mercredi la famille de Vincent Lambert en vue d'une nouvelle procédure d'arrêt des traitements, ses parents menacent de porter plainte pour maltraitances. Combien de temps encore pourront-ils s'opposer à l'euthanasie passive de leur fils ?

L'affaire était censée être terminée. Le 5 juin dernier, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) - plus haute instance juridique européenne - s'est prononcée en faveur de l'arrêt des soins apportés à Vincent Lambert, autorisant ainsi son euthanasie passive. Une décision loin d'être acceptée par les parents de l'infirmier victime d'un accident de la route en 2008, et plongé depuis dans un état végétatif. Alors que ce mercredi 15 juillet, les proches étaient invités par le CHU de Reims à donner leur avis sur une "nouvelle procédure en vue d'une décision d'arrêt des traitements", Viviane Lambert, la maman, annonce qu'elle compte déposer une plainte pour "maltraitances".

EN SAVOIR + >> Viviane Lambert : "Mon fils n'est pas un mort-vivant"

Dans une interview accordée à metronews à la fin du mois de mai, elle annonçait la couleur : "Si les médecins veulent tuer mon fils, je ne les laisserai pas faire." Mais face à elle, la décision du docteur Daniela Simon, chef de service à qui revient le dernier mot sur le cas de Vincent, ne laisse que peu de place au mystère. Sauf évolution miraculeuse du tétraplégique, elle devrait se prononcer en faveur de l'arrêt des soins. Alors, l'acharnement des parents, si vivace depuis depuis deux ans, à travers livres-confessions et vidéos de leur fils , peut-il se poursuivre indéfiniment ?

"Le processus va s'accélérer"

Impossible, selon Laurent Pettiti, conseil de Rachel Lambert, l'épouse de Vincent, devant la CEDH. Pour lui, "le processus va s’accélérer". "Dans le cas où le CHU, après avoir consulté la famille, prend la décision d'arrêter les soins, les parents seront toujours en mesure de saisir, à nouveau, le tribunal administratif, puis le Conseil d'Etat." Mais l'avocat de balayer rapidement les effets d'un tel recours : "Ce n'est pas un retour à zéro pour autant, car la situation a changé. N'oublions pas que la CEDH s'est prononcée en faveur de l'arrêt des soins. Lorsque les recours seront épuisés - d'ici fin août, début septembre - on devrait y voir plus clair."

Il ajoute : "Nous en sommes à la fin du processus, c'est une question de semaines." Quant à la plainte pour maltraitances que menace de déposer le camp Viviane Lambert, l'avocat n'y croit pas beaucoup. "Ils imaginent des recours au pénal mais ça ne donnera rien. Le Parquet classera l'affaire très vite." Une bataille médicale et judiciaire qui pourrait donc bientôt prendre fin, près de huit ans après l'accident de la route qui a brisé un homme et déchiré sa famille.

A LIRE AUSSI >> Vincent Lambert : l'acharnement médiatique


Anaïs Condomines

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info