Ils ont beau être magnifiques à regarder, ces petits œufs roses annoncent un véritable danger.
Ces amas sont pondus par l'escargot-pomme, une espèce particulièrement envahissante.
Véritable menace pour l'écosystème, sa présence doit être signalée aux autorités environnementales.

En vous promenant dans votre jardin, vous avez découvert des grappes d'œufs roses ou de couleur orange. D'une longueur de deux à trois millimètres, il s'agit des œufs de l'escargot pomme, l'une des pires espèces exotiques envahissantes au monde. Originaire d'Amérique du Sud, cet escargot géant est une véritable menace pour la biodiversité. 

L'escargot pomme, une espèce à l'appétit très vorace

Appelée également escargot pomacéa, cette espèce à la fois aquatique et terrestre est originaire d'Amérique du Sud. Elle débarque sur nos terres et ce n'est pas une bonne nouvelle. Très vorace, cette petite bête peut dévaster les cultures et les récoltes en un rien de temps. 

D'ordinaire, les escargots pommes préfèrent les milieux humides, tels que les lacs, les étangs, les mares ou les marécages. Mais le réchauffement climatique a favorisé et accéléré son installation en Europe. Et ce, même si son importation est interdite. L’Espagne a souffert d'une grosse invasion et a vu des productions entières détruites.

On détecte sa présence en découvrant des amas d'œufs de couleur rose, semblable à une grappe. On les trouve généralement à proximité d'une source d'eau, mais aussi dans le creux des arbres ou dans les hautes herbes. Chaque grappe contient environ 500  œufs qui peuvent éclore au bout de trois semaines.

Prévenir les autorités pour limiter la propagation

Même si la couleur de la grappe est très belle et que l'escargot-pomme semble inoffensif, il est ravageur. Il peut détruire la biodiversité en dévorant tous les végétaux qu'il trouve sur son passage, et même menacer tout l'écosystème, du fait de sa reproduction rapide et de son incroyable capacité d'adaptation.

C'est en 2018 que l'escargot-pomme a été signalé pour la première fois en France, près de Fréjus. Pour contenir la propagation, des mesures avaient été prises et des opérations de ramassage mises  en place. Malgré tout, l'espèce est toujours présente sur le territoire et désormais, chaque jardinier doit faire preuve d'une vigilance accrue. Ainsi, pour éviter une propagation, il est primordial de signaler la présence de ce mollusque aux autorités environnementales dès la découverte d'un amas sur votre terrain.


Sabine BOUCHOUL pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info