Autisme : qu'est-ce que le packing, ce traitement controversé que le gouvernement veut interdire ?

Le service METRONEWS
Publié le 21 avril 2016 à 19h33
Autisme : qu'est-ce que le packing, ce traitement controversé que le gouvernement veut interdire ?

ZOOM - A l'occasion du "Comité national autisme", qui s'est tenu jeudi à Paris, la secrétaire d'État chargée du handicap a annoncé que la pratique du "packing"ne serait plus utilisée en France. Metronews fait le point sur cette méthode thérapeutique controversée de traitement de l'autisme.

Le "packing" définitivement banni des établissements médico-sociaux français. Le "Comité national autisme", qui s'est tenu jeudi à Paris, a dressé un bilan et posé les bases du troisième plan autisme (2013-2017). En plus d'une série de de dispositions visant à améliorer la prise en charge de ce handicap, Ségolène Neuville, la secrétaire d'Etat chargée du handicap, a annoncé, dans un entretien accordé au Monde , la mise en place, via "une circulaire envoyée aux Agences régionales de santé", de mesures visant à mettre un terme à la méthode thérapeutique du "packing". 

Qu'est-ce que le packing ? Pourquoi ça fait débat ? Zoom sur cette pratique qui cristallise toute la violence du conflit opposant les partisans des méthodes comportementales à ceux d'une approche psychanalytique du traitement de l'autisme. 

 C'est quoi le packing ?

Cette technique, réservée aux cas d'autisme les plus sévères avec automutilations répétées, consiste à envelopper les membres du patient dans des serviettes humides et froides (à 10°) pendant une cinquantaine de minutes, avant de procéder à un réchauffement rapide, en trois à cinq minutes. Pendant la séance, plusieurs soignants restent auprès du patient allongé pour partager la parole, ou simplement le silence. Selon ses praticiens, cette méthode permet aux patients de reprendre conscience de leur enveloppe corporelle.

Si l'efficacité thérapeutique du packing n'a jamais été prouvée autrement que de façon empirique, le passage du froid au chaud a des effets physiologiques certains selon des neurologues, avec la sécrétion d'endorphine, l'hormone de la détente. "En quelques semaines, nous constatons une reprise du contact oculaire avec ces enfants", explique à metronews le professeur Pierre Delion, ancien chef du service de pédopsychiatrie au CHRU de Lille et premier promoteur du packing en France.

► Un symbole attaqué par les associations

Cette pratique relativement peu répandue, que l'ONU avait demandé à la France d'interdire en février dernier, est devenue malgré elle le symbole de la prise en charge psychiatrique de l'autisme. Et se retrouve de ce fait au centre du conflit très violent qui oppose deux écoles : celle des thérapies comportementales et celle des approches psychanalytiques. 

Pour les détracteurs du packing, comme Florent Chapel, porte-parole du Collectif autisme, il s'agit d'un "acte de torture", une "pratique d'un autre âge". "C'est comme si on faisait une saignée à des aveugles. Le tout enrobé de de concepts psychanalytiques fumeux", dénonce ce père d'un enfant autiste, qui regrette que les prises en charge proposées dans le public sont encore trop souvent basées sur les méthodes psychanalytiques.


► "Baratin idéologique"

En filmant son fils Samy en pleine séance de packing, dans son documentaire Mon fils, un si long combat (2004), la présentatrice télé Eglantine Emeyé a été au centre d'une violente polémique, accusée de faire de la promotion de cette méthode. "Je défends ces enveloppements uniquement pour le bien-être physique qu'ils procurent à un très petit nombre d'enfants autistes, ceux qui s'auto-mutilent, c'est-à-dire se frappent ou cognent leur tête contre les murs. C'est le cas de Samy", s'est-elle justifiée dans les colonnes de L'Express . "Je constate que ces séances l'apaisent", a-t-elle confié.

Aujourd'hui, Pierre Delion se dit affligé de voir les familles d'enfants autistes "prises en otage par des fondamentalistes et leur baratin idéologique". "Sur les cas les plus sévères, nous observons un arrêt des mutilations. Pourquoi veut-on nous empêcher de le faire ?", se désole ce spécialiste de l'autisme, regrettant que seules les associations opposées au packing n'aient été consultées par la secrétaire d'Etat.

À LIRE AUSSI
>>  Une campagne officielle pour "changer le regard" sur l'autisme
>>  Autistes et célébrités tournent ensemble pour faire avancer la cause


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info