"Bébé box" : que contient le sac distribué aux jeunes parents et qui fait déjà réagir ?

A. LG
Publié le 7 mars 2022 à 17h16
JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Source : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

À compter de ce lundi, dans 353 maternités de l'Hexagone, des "sacs des 1000 premiers jours" seront remis aux parents de nouveau-nés.
Le dispositif a vocation à être élargi à tout le territoire.
Mais depuis l'annonce de son lancement, les réactions concernant son contenu sont mitigées.

Plutôt qu'une boîte, il s'agit finalement d'un sac en bandoulière. La "bébé box à la française" a été lancée ce lundi 7 mars dans le Pas-de-Calais, par le secrétaire d'État à l'Enfance, Adrien Taquet, qui s’est rendu dans l’usine qui les confectionne. Il s'agit d’une "invitation à sortir, à ne pas s'oublier en tant que parent, à aller faire du sport ou des activités à l'extérieur", expliquait, en octobre dernier, le gouvernement pour justifier pourquoi le contenant français varie du modèle finlandais créé en 1938, et dont il s'inspire.

Distribués à 353 maternités des communes ayant des quartiers prioritaires et des communes de revitalisation rurale, 180.000 "sacs des 1000 premiers jours" vont être remis aux jeunes parents dans un premier temps, avant que le dispositif ne soit élargi à tout le territoire. 

"Chaque objet véhicule et symbolise un message qui a vocation à aider les parents. Il servira de support au dialogue avec les familles à la maternité", indiquait alors le cabinet du secrétaire d'État.

Ainsi, la "bébé box" contient un bavoir et une turbulette, qui permet d'expliquer comment coucher le bébé pour éviter tout accident, comme la mort subite du nourrisson. Un album permet de sensibiliser les parents à l'importance de l'éveil artistique et culturel du nourrisson, des interactions avec les parents, de les encourager à lire à leur enfant sans attendre qu'il aille à l'école. Un savon est l'occasion de promouvoir les produits naturels et d'alerter sur les perturbateurs endocriniens et produits chimiques, quand un produit hydratant est destiné "spécifiquement pour la mère de l’enfant, pour lui permettre de se dire qu’il faut qu’elle prenne soin d’elle", selon les mots du ministère.

Réactions mitigées

À l'automne dernier, la formule avait déjà suscité de vives réactions au sein des associations féministes. Ce lundi, les critiques vont toujours bon train sur la Toile, certaines ironisant sur la date de lancement choisie, veille de la Journée internationale des droits des femmes. "Veille du 8 mars, LE cadeau du gouvernement : la bébé box : crème pour la maman parce qu’une femme doit prendre soin d’elle, pour l’autre parent ? (Les enfants c’est quand même une histoire de femme) ; et si le cadeau c’était plutôt d’arrêter de fermer les maternités ?", peut-on notamment lire.

"Cela peut être perçu comme une injonction à revenir à son corps d’avant, ce qui est très maladroit", abonde auprès du Parisien, Amandine Hancewicz, présidente de l’association Parents et féministes. "Surtout, ce sac, c’est un pansement sur une plaie profonde. Ça ressemble plus à une stratégie de communication du gouvernement qu’à une véritable politique publique de soutien au long cours pour les femmes", poursuit-elle, avant de s'agacer. "Par ailleurs, qu’est-ce qui est destiné aux hommes dans ce sac ? Une fois de plus, le message envoyé est que la parentalité est avant tout une affaire de femmes".

La "bébé box" figure parmi les initiatives pour sensibiliser les parents à l'importance des 1000 jours allant du début de la grossesse aux deux ans de l'enfant, avec une appli et un site (www.1000-premiers-jours.fr). Le psychiatre Boris Cyrulnik a remis en septembre 2020, à la demande du gouvernement, un rapport sur les 1000 premiers jours de l'enfant, qui "conditionnent la santé et le bien-être de l'individu tout au long de sa vie", selon le secrétariat d'État.


A. LG

Tout
TF1 Info