Votre pouvoir d'achat

Bruno Le Maire se dit ouvert sur la défiscalisation des heures supplémentaires

M.L (avec AFP)
Publié le 8 juillet 2022 à 11h56
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le ministre de l'Économie a présenté vendredi la possibilité de revoir le dispositif actuel de défiscalisation des heures supplémentaires.
Selon lui, "des marges de manœuvre" pourraient être possibles.
Une proposition chère au patronat et aux Républicains.

La piste n'est pas encore confirmée, mais la porte est ouverte : le ministre de l'Économie Bruno Le Maire s'est dit vendredi enclin à étudier de nouvelles mesures sur la défiscalisation des heures supplémentaires, dans le cadre du débat parlementaire à venir sur le paquet de mesures dédié au pouvoir d'achat. "Quand on regarde les questions d'heures supplémentaires, de défiscalisation, est-ce qu'il y a encore des marges de manœuvre ? (...) Pourquoi pas", a-t-il affirmé sur franceinfo.

"On est exactement dans la cohérence de notre projet qui est de valoriser ceux qui travaillent et de mieux rémunérer ceux qui travaillent", a ajouté le ministre, tendant ainsi la main aux Républicains dont c'est l'une des revendications. Actuellement, les heures supplémentaires sont défiscalisées jusqu'à un plafond de 5000 euros par an, avec un maximum de 220 heures effectuées sur une année, hors accord de branche, d'entreprise ou convention collective spécifiques. 

Aller plus loin en la matière est aussi une revendication du patronat, la Confédération des PME proposant de réduire les cotisations patronales sur les heures supplémentaires. 

Lire aussi

"Je garantis aux Français que non seulement, il n'y aura pas d'augmentation d'impôts, mais que nous continuerons de baisser les impôts", a par ailleurs promis le chef de Bercy. Au lendemain de l'annonce de la proposition de loi sur le pouvoir d'achat, estimé à 20 milliards d'euros supplémentaires, il a toutefois assuré que l'Hexagone "ne vit pas au-dessus de ses moyens" et que ces mesures s'imposent à l'heure où "nous sommes au cœur du pic d'inflation"

Bruno Le Maire a également rappelé vendredi l'ouverture du gouvernement à modifier le dispositif prévu pour indemniser ceux qui utilisent leur véhicule pour aller travailler. À ce stade, le projet gouvernemental prévoit une indemnisation comprise entre 100 et 300 euros en fonction du niveau de revenus et de la distance parcourue. 

"Est-ce qu'il faut aller plus loin sur les déciles (de revenus concernés), ou moins loin en concentrant l'effort, ça je trouve que c'est un débat particulièrement utile et nous pourrons, je vous le confirme, améliorer ensemble ce dispositif", a redit le ministre devant la Commission des finances du Sénat vendredi matin.


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info