Le démantèlement de la "Jungle" de Calais

Calais : rencontre avec les maraudeurs sociaux au cœur de la "Jungle"

Youen Tanguy
Publié le 23 octobre 2016 à 23h45
Calais : rencontre avec les maraudeurs sociaux au cœur de la "Jungle"

Source : Youen Tanguy / LCI

MARAUDE - A la veille du démantèlement de la "Jungle" de Calais, LCI est allé à la rencontre des maraudeurs sociaux. Ces derniers sont chargés par la préfecture de convaincre les migrants de quitter le bidonville et de partir vers un des 450 centres d'accueil et d'orientation de France.

On les reconnait à leurs gilets orange ou bleus. Ce dimanche, à la veille du démantèlement de la "Jungle" de Calais, des dizaines d’agents de l’Office français de l'Immigration et de l'Intégration (OFII) et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) arpentent le plus grand bidonville de France. Ces maraudeurs sociaux, envoyés par la préfecture du Pas-de-Calais, veulent convaincre les migrants qui seraient encore réticents à partir dans les Centres d’accueil d’orientation et d'orientation (CAO) dès lundi.

Le départ de la dernière maraude de la journée est donné à 16h, devant le centre Jules Ferry, en plein coeur de la "Jungle". Ici, plus de 3000 repas sont distribués tous les jours aux migrants. "On est allé distribuer des flyers à l’intérieur et discuter avec eux pour être certains qu’ils partent demain", nous confie un des agents de la DDCS. Un pari de taille.

Parmi les fascicules distribués, on retrouve un texte traduit en huit langues qui explique aux migrants comment va se dérouler le démantèlement. Un autre, sous forme de bande dessinée, détaille les bienfaits de vivre dans un CAO de France. 

Youen Tanguy / LCI

"Ça ne nous aide pas beaucoup", regrette Ali, un migrant d’origine afghane. Le jeune homme aux yeux verts et aux cheveux bruns bouclés vit dans la "Jungle" depuis six mois et est impatient de partir. Mais il craint de ne pas avoir de place dans un centre.

"L’enjeu des maraudes d'aujourd’hui et des jours prochains sera avant tout de les informer et de leur dire qu’il y a assez de place pour tout le monde dans les CAO. Et surtout que c’est le meilleur choix pour eux", nous affirme Serge Szarzynsski, directeur départemental de la cohésion sociale. On décompte près de 6500 migrants dans la "Jungle" de Calais pour 7000 places dans les 450 CAO de l'Hexagone.

Youen Tanguy / LCI

Ils vont m'envoyer où demain ?

Un migrant

Au passage des agents sur les routes graveleuse et humides de la "Jungle", des dizaines de curieux sortent la tête d'entre deux tentes. "Ils vont m’envoyer où demain ?", lance un migrant en direction d’une bénévole. "Vous le saurez demain en vous rendant au hangar", lui répond-elle. Car l’inquiétude est palpable dans le bidonville. Les milliers de migrants encore présents à Calais ne pourront choisir qu'entre deux régions de destination. Un bracelet leur sera ensuite remis pour déterminer le car dans lequel ils monteront. 

Les CAO ne sont pas des prisons

Serge Szarzynsski, directeur départemental de la cohésion sociale

Mais Serge Szarzynsski se veut rassurant. "Les CAO ne sont pas des prisons et les migrants pourront décider de partir s'ils le souhaitent." Il revient ensuite sur le processus de transport des migrants : "On souhaite que les départs se fassent rapidement car on ne peut pas passer trop temps à discuter si ce serait mieux d’aller là ou là." Avant de lancer : "C’est une opération humanitaire."

Au-delà des démarches administratives et des compléments d'information que les maraudeurs apportent, ils sont là avant tout "pour rassurer", explique Georgia, chargée de mission pour l’accueil des populations migrantes. Et d'affirmer, le sourire jusqu'aux oreilles : "C'est le contact humain qui permet ça." 

Face à l'inquiétude générale, les agents se veulent globalement rassurants et confiants. "En grande majorité, les migrants sont assez réceptifs et contents de quitter la 'Jungle'", ajoute Georgia. Il faudra attendre la fin de semaine pour en être bien sûr.

Evacuation de la "jungle" de Calais : les maraudes d’information s’intensifientSource : JT 20h WE
Cette vidéo n'est plus disponible

Youen Tanguy

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info