Chat européen : tout ce que vous devez savoir avant de l’adopter

par Emilie CARTIER pour TF1 INFO
Publié le 17 février 2024 à 9h00

Source : JT 13h Semaine

Avoir un chat à la maison ne signifie pas seulement se nourrir de ronrons, de jeux et de câlins.
Comme n’importe quel autre animal domestique, le félin a des besoins qu’il faut combler.
Parce qu’il s’agit d’un engagement à long terme, il vaut mieux être bien informé de ce qui vous attend avant de penser à l’adoption.

Quinze ans est l’âge honorable qu’un chat peut atteindre en moyenne. Relativement longue, la durée de vie de cet animal implique un engagement à long terme. Avant d’adopter un matou, il est essentiel d’être prêt à vous occuper de lui pendant un peu plus d’une décennie. 

Effectivement, il n’est pas question d’abandonner votre chat européen. Comme le rapporte le Ministère de l’Agriculture, 200 000 animaux par an sont pris en charge par les fourrières et les refuges. Pour ne pas contribuer à ce triste record, il est préférable de bien réfléchir avant l’adoption. 

Un animal indépendant en quête de compagnie

Considéré comme un animal indépendant, le chat européen apprécie pour autant la compagnie. Certes, les félins restent moins tributaires de leur maître pour sortir ou manger, mais ils supportent mal la solitude. Autrement dit, les chats n’aiment pas vivre seuls. Si vous prévoyez de vous absenter pendant de longues périodes, il est préférable d'adopter deux chats. 

Il faut aussi leur accorder de l’importance. Même si les chats se révèlent beaucoup plus autonomes que les chiens, ils adorent se faire câliner et que l’on joue avec eux. 

Non aux changements, place à la routine !

Le caractère aventurier du chat européen connaît ses limites. Ces félins se montrent plutôt réfractaires aux changements. Le besoin de routine est prégnant. De préférence, on reste fidèle à la même marque de nourriture, servie à la même heure chaque jour. Et si on peut, on respecte les mêmes horaires journaliers pour s’amuser avec lui. Le chat est avant tout en quête d’un environnement prévisible, et donc rassurant. 

Adopter un chat européen, des dépenses importantes

Les frais d’adoption ne représentent pas le seul poste de dépenses. Une fois votre animal à quatre pattes installé sous votre toit, vous devez lui fournir tout le confort nécessaire. Outre la nourriture, il convient d’investir dans un panier, une litière, des jouets, sans oublier le grattoir. Ce besoin naturel de gratter ne doit pas être réprimé. L’achat d’un grattoir permet d’éviter les dégradations sur les meubles. 

En plus des visites de routine chez le vétérinaire, prévoyez les dépenses liées aux vaccins, à la stérilisation et aux éventuels traitements pour lutter contre les vers où les puces, par exemple. La stérilisation des chats domestiques n’a rien d’obligatoire, mais elle s’avère vivement conseillée, souligne la SPA. Elle empêche la reproduction et calme les comportements agressifs. En général, la stérilisation ou la castration coûte entre 90 et 150 euros. 

Pourquoi faut-il s’attendre à faire du nettoyage régulièrement ?

Le chat apparaît comme un animal propre qui fait sa toilette lui-même. Toutefois, vous devez brosser votre compagnon à quatre pattes au moins une fois par semaine. Ainsi, son pelage demeure lustré et cela permet de réduire les boules de poil sur les textiles et le sol. Et quand bien même, vous respecterez cette séance de brossage hebdomadaire, votre logement aura besoin d’être aspiré régulièrement. Côté litière, il faut aussi faire preuve d’une grande rigueur. Un nettoyage régulier, voire quotidien s’impose. 

Attention, les chats européens grimpent partout !

Vous n’ignorez sûrement pas que les chats européens sont de véritables acrobates. La vigilance est de mise en cas de jardin avec des arbres ou si vous lui donnez accès au balcon. Les matous peuvent se mettre en danger en grimpant un peu partout.

Afin de réduire les risques, on bloque les zones sensibles et on s’assure que les portes ainsi que les fenêtres sont bien fermées. Ne paniquez pas en observant votre chat sur le rebord de la fenêtre. Il vaut mieux garder son calme et attirer l’animal à l’intérieur en l’appâtant avec une friandise. 


Emilie CARTIER pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info