Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Chômage partiel : il n'y aura finalement aucun changement en juillet

La rédaction de LCI
Publié le 15 juin 2020 à 11h30, mis à jour le 15 juin 2020 à 23h31
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

EMPLOI - Le dispositif de chômage partiel mis en place pour amortir les conséquences économiques de la crise sanitaire ne changera pas en juillet. Le ministère du Travail affirme que l'indemnisation versée aux salariés et la prise en charge par l'entreprise resteront identiques.

Il n'y aura ni baisse de l'indemnisation du chômage partiel pour les salariés, ni aucune diminution de sa prise en charge par l'Etat au 1er juillet, a assuré le ministère du Travail le 15 juin. Une déclaration qui vient éclaircir la question, alors que le gouvernement avait laissé émerger des positions contradictoires sur le sujet.

"L'information selon laquelle l'indemnisation des salariés en activité partielle passerait à 60% du brut, au 1er juillet est inexacte. Il n'y aura aucun changement d'indemnisation pour les salariés en activité partielle au 1er juillet", précise le ministère dans un message adressé à la presse. L'indemnisation est donc maintenue à 70% du salaire brut.

"Pas de changement non plus pour les entreprises au 1er juillet", a ajouté l'entourage de Muriel Pénicaud. Les employeurs doivent déjà prendre en charge 15% du coût du chômage partiel depuis le 1er juin. 

Léger doute durant le weekend

Les clarifications du ministère du Travail font suite au moment de doute sur l'avenir du dispositif suite aux déclarations de la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher, vendredi 12 juin. Sur l'antenne de RMC, elle avait notamment annoncé que les entreprises paieraient "10% de plus" à partir du 1er juillet. Toutefois, ce lundi matin, son ministre de tutelle Bruno Le Maire, a dit tout le mal qu'il pensait d'une modification des équilibres actuels, notamment pour les salariés. "Je n'y suis pas favorable", a affirmé le ministre de l'Economie sur France Info : "Je considère que l'on doit préserver le pouvoir d'achat des salariés" 

"Il y a derrière une question de justice et d'efficacité économique. Nous avons aussi besoin d'avoir des salariés qui peuvent consommer, qui peuvent participer à la reconstruction économique que le président de la République a appelé de ses vœux", a souligné Bruno Le Maire.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info