Le pass vaccinal, plus qu'un mauvais souvenir ?

Infiltré chez les "V_V", il raconte cette sphère antivax de l'intérieur

La rédaction de LCI
Publié le 21 janvier 2022 à 19h32
JT Perso

Source : TF1 Info

COMPLOTISME - Interviewé dans "Anti-complot, l'émission" sur LCI, cet anonyme raconte comment il a infiltré les "V_V", un groupe antivaccins d'origine italienne et dont huit de ses membres ont été interpellés mardi dans plusieurs départements français.

Depuis quelques mois, Complotist Deleter a infiltré les "V_V" (Les "vivis"). Ce groupe de personnes opposées aux vaccins, sévissant sur les réseaux sociaux, sont les auteurs de multiples raids numériques massifs contre des parlementaires ou des collectivités. Victime d'un de ces raids, cet informaticien a pu assister aux discussions tenues dans des salons, sur des applications confidentielles et fermées, et via lesquel s'organisent des opérations de désinformation massive ou encore de violentes attaques de cyberharcèlement. Il a témoigné dans "Anti-complot, l'émission", sur LCI ce 21 janvier. 

"J’ai subi indirectement une de leurs attaques il y a plusieurs mois et j’ai été très curieux de comprendre qui ils étaient et comment ils fonctionnaient", raconte-t-il.

Un cyberharcèlement contre des institutions "sans défense"

Cette infiltration lui a permis de voir la manière dont ce groupe interagit et son organisation, au sein de groupes privés sur l'application de messagerie cryptée Telegram. Avant chaque raid, des administrateurs des "salons" publient des messages qui sont ensuite repris et publier sur les comptes Facebook ou Instagram qu'ils ont choisi d'attaquer. Un cyberharcèlement quotidien contre lequel les collectivités ou les institutions n'ont pas les moyens pour se défendre, estime Complotist Deleter. 

Mardi, huit membres des "V_V" ont d'ailleurs été interpellés en Moselle, dans le Rhône, la Seine-et-Marne, les Hauts-de-Seine et le Finistère. La justice leur reproche d'avoir harcelé de façon concertée entre le printemps et la fin de l'été 2021 trois personnes, qui seraient la députée LREM mosellane Isabelle Rauch, la sénatrice PS de Charente Nicole Bonnefoy et un chef de service du CHU d'Amiens, selon des sources proches du dossier. 

Suite à ce coup de filet, l'infiltré a relevé une vivte réaction au sein des "V_V". "Plusieurs des administrateurs ont quitté les groupes  qui participaient aux attaques. Ils ont été insultés, ils ont été rejetés par cette communauté qui pourtant, leur tendait les bras il y a encore quelques jours, avant qu'ils se fassent arrêter et qu'ils décident par eux-mêmes de finalement quitter le groupe", raconte Complotist Deleter.

Selon l'infiltré, qui a dû se plier à plusieurs étapes tests avant de pouvoir accéder aux groupes de ces anti-vax, le pass vaccinal serait un élément qui nourrirait "leur colère et leur haine". Cependant, cela ne serait pas le seul élément qui viendrait agiter les "V_V". "Sur leurs salons, il y a des dizaines de publications, quotidiennement, de désinformation et qui viennent amplifier leur haine", a assuré Complotist Deleter.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info