Crise énergétique : le redémarrage de deux réacteurs nucléaires encore retardé

CQ avec AFP
Publié le 20 décembre 2022 à 7h32, mis à jour le 20 décembre 2022 à 9h17

Source : JT 20h WE

Au total, quatre réacteurs nucléaires ne redémarreront pas avant la fin de l'hiver, selon EDF.
Vendredi 16 décembre, 40 réacteurs sur 56 au total étaient en fonctionnement.

Ce sont des travaux qui interviennent au moment le moins opportun. Vendredi 16 décembre, EDF a annoncé le retard dans les travaux de deux de ses réacteurs nucléaires, qui ne redémarreront pas avant la fin de l'hiver comme c'était prévu. Après les nouvelles annonces de réparations, les réacteurs Golfech 1 (Tarn-et-Garonne) et Penly 2 (Seine-Maritime) ne pourront reprendre du service que le 11 juin, tandis qu'ils étaient attendus respectivement pour le 18 février et le 29 janvier. EDF avait déjà annoncé deux autres retards, avec notamment la remise en service de Penly 1 le 20 mars, deux mois plus tard que prévu.

Ajouté à cela, six autres devront être arrêtés en 2023 pour des réparations liées à des problèmes de "corrosion sous contrainte". L'entreprise a décidé de remplacer systématiquement les tuyauteries de la catégorie de réacteurs la plus exposée à ces risques de corrosion, sur des conduites de secours servant à refroidir le réacteur en cas d'urgence. Ces réacteurs devront être arrêtés le temps des travaux. 

Au total, 16 réacteurs les plus récents du parc nucléaire français sont exposés à des risques de corrosion. Une fois la fin de ces travaux annoncés, il restera six réacteurs à réparer au cours de l'année 2023 (Belleville 1, Belleville 2, Cattenom 2, Golfech 2, Nogent 1, Nogent 2). Ces nouvelles annonces augurent déjà un hiver 2023-2024 compliqué, à l'image de celui-ci. Vendredi, 40 réacteurs sur 56 étaient en fonctionnement en France. 

Dans l'immédiat, le gestionnaire des lignes à haute tension, RTE, actualisera mardi ses prévisions pour cet hiver, en particulier pour le mois de janvier, où le risque de tensions avait été jugé élevé lors du point précédent, le 18 novembre. Avec Ecowatt, RTE permet aux Français d'anticiper les tensions sur le réseau électrique et les éventuelles coupures de courant à venir. Le même dispositif a été initié par l'Ademe pour le gaz


CQ avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info