Linky : les consommateurs ne paieront pas d'avantage, assure le gouvernement

TG
Publié le 2 juin 2021 à 11h14
JT Perso

Source : TF1 Info

CONSOMMATION - Le gouvernement a assuré mardi que les consommateurs ne "paieront pas plus" en raison du déploiement du compteur d'électricité communicant Linky.

Le gouvernement refuse que les consommateurs mettent la main à la poche pour Linky. Matignon a assuré mardi que ces derniers ne "paieront pas plus" en raison du déploiement du compteur d'électricité communicant. 

"Les consommateurs ne paieront pas un coût supplémentaire dû à Linky", a souligné à l'Assemblée nationale la ministre déléguée à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon. Elle répondait à une question du député LFI du Nord Adrien Quatennens, qui citait un article du Parisien affirmant que les usagers allaient devoir rembourser le déploiement de Linky malgré la promesse initiale des pouvoirs publics.

Des économies pour "compenser" la hausse des charges

"Enedis exerce une mission de service public régulée, rémunérée, au travers d'un tarif d'utilisation des réseaux d'électricité, sous le contrôle de la Commission de régulation de l'énergie" (CRE), a rappelé la ministre. Avant d'indiquer que la CRE "a vérifié et confirmé que le coût total du projet sera inférieur au budget initial et que les économies de charges prévues seront bien au rendez-vous et donc incluse dans le tarif".

La CRE avait bien prévenu en décembre dernier d'une hausse du futur tarif d'utilisation des réseaux d'électricité, représentant 15 euros de la facture annuelle d'un particulier à l'horizon 2024. Mais elle attribuait essentiellement cette hausse à l'essor des renouvelables (raccordement des sites de production, développement du véhicule électrique...).  Concernant Linky, la CRE estimait effectivement que les économies permises par Linky devaient permettre de "compenser" la hausse des charges associée à son déploiement.

Lire aussi

Linky est en effet censé permettre des économies pour le gestionnaire du réseau de distribution, Enedis, qui peut relever les compteurs et même effectuer certaines opérations à distance, ainsi que limiter les erreurs ou la fraude. Les pouvoirs publics espèrent également que les consommateurs pourront réduire leur consommation en la suivant plus finement.

La Cour des comptes avait critiqué en 2018 le programme à 5,7 milliards d'euros, estimant que les gains pour le consommateur étaient insuffisants. Plus de 30 millions de compteurs ont été installés à ce jour.


TG

Tout
TF1 Info