"Contrat Engagement Jeune" : conditions, date, montant ... ce qu'il faut savoir sur l'allocation annoncée par Macron

ALG
Publié le 2 novembre 2021 à 10h36, mis à jour le 2 novembre 2021 à 16h49
JT Perso

Source : L'Invité Politique

L'essentiel

EN BREF - Emmanuel Macron a annoncé mardi le lancement au 1er mars 2022 d'un "Contrat Engagement Jeune", inspiré de la Garantie jeunes, un parcours intensif d'accompagnement au succès reconnu. En quoi consiste ce dispositif ?

Le dispositif devrait concerner environ 500.000 jeunes de 16 à 25 ans par an, depuis un certain temps ni en emploi, ni en formation, ni en étude. Emmanuel Macron a annoncé mardi le lancement d'un "Contrat Engagement Jeune", proposant une allocation en échange de formation ou d'accompagnement.

Conditions, date, montant ... que faut-il savoir de cette mesure, en gestation depuis des mois, s'inspirant de la Garantie jeunes, un parcours intensif d'accompagnement au succès reconnu ?

Qui y est éligible ?

Le "Contrat Engagement s'adresse à "tous les jeunes de moins de 25 ans qui, sans formation ni emploi depuis plusieurs mois", a indiqué Emmanuel Macron ce mardi. Cette mesure "a vocation à accompagner ceux qui étaient accompagnés par la garantie jeunes et extrêmement éloignés de la formation et de l'emploi", a de son côté détaillé ce mardi sur LCI Olivia Grégoire, la secrétaire d'État en charge de l'économie sociale, solidaire et responsable, évoquant un "dispositif plus ciblé" et un accompagnement plus intense.

Pour rappel, lorsque le projet avait été annoncé le 12 juillet par Emmanuel Macron et qu'était évoquée la possibilité d'y inclure aussi des travailleurs précaires et la totalité des jeunes sans emploi ni formation, il visait alors un million de jeunes voire plus. Mais cette mesure a fait l'objet d'une bataille entre d'une part le ministère du Travail, qui militait pour l'extension la plus large possible, et Bercy qui cherchait à en limiter le coût.

A quelles conditions ?

"Il s’agit d’une mesure simple : de l’engagement, de l’assiduité, de la motivation et un État qui vous accompagne" a déclaré Emmanuel Macron sur le réseau social Facebook. Cette allocation sera versée "sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activité faites", a-t-il en outre souligné.

"Ce n'est pas un revenu comme on a pu en connaitre par le passé, c'est un contrat, l'idée c'est de signer un contrat entre le jeune extrêmement éloigné de l'emploi et l'État", a encore précisé Olivia Grégoire, rappelant qu'"il y a déjà énormément de dispositifs". Et d'insister : "Ce n'est pas le RSA jeunes, c'est un dispositif qui est un contrat d'engagement, ce n'est pas un revenu et rien, c'est un contrat, un revenu, une formation".

C'est d'ailleurs pour éviter toute confusion avec un RSA jeunes dont il ne veut pas, que l'exécutif a choisi le terme de "contrat d'engagement" plutôt que celui de "revenu d'engagement" utilisé le 12 juillet.

Pour quel montant et à partir de quand ?

Ce nouveau coup de pouce financier aux jeunes consiste en "une allocation allant jusqu'à 500 euros par mois en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d'accompagnement" pour "découvrir un métier, se former, trouver un apprentissage ou un emploi." Celle-ci pourra s'étendre sur "une durée maximum de 12  mois (renouvelable dans certains cas)", a précisé par la suite le Premier ministre Jean Castex, avec au cours de cette période "un référent unique qui verra le jeune une fois par semaine".

Comme c'était jusque-là le cas pour la "Garantie jeunes", le "contrat engagement" pourra être initié par "des acteurs de terrain", explique pour finir Olivia Grégoire, mais également par Pôle emploi ou encore des associations. Le lancement de la mesure est prévu pour le 1er mars 2022.