Covid-19 : le défi de la vaccination

Coronavirus : moins d'un Français sur deux a désormais l'intention de se faire vacciner

Y.R
Publié le 9 décembre 2020 à 22h52
JT Perso

Source : TF1 Info

VACCINATION - Selon une enquête Harris Interactive pour LCI publiée ce mercredi, 45% des Français interrogés ont l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19. Ils étaient 52% en novembre.

Les Français semblent de moins en moins enclins à vouloir se faire vacciner. Alors que les premières doses sont sur le point de débarquer dans l'Hexagone, ils apparaissent de plus en plus réfractaires à l'injection. C'est ce que révèlent, semaine après semaine, les études d'opinion menées sur cette question centrale. Le 24 novembre dernier, seul un sondé sur deux (52%) répondait vouloir se faire vacciner contre le Covid-19, dont 18% certainement, dans une enquête Harris Interactive pour LCI. Des chiffres en déclin par rapport au mois de juillet, où Santé publique France chiffrait à 64% les intentions de vaccination. 

Une tendance à la baisse qui se confirme. À la veille de la conférence de presse du Premier ministre Jean Castex, ce jeudi 10 décembre, sur l'évolution de la situation sanitaire, alors même que le début de la campagne de vaccination contre le coronavirus approche, l'intention de se faire vacciner enregistre "une baisse notable". Les Français ne sont désormais que 45% à être favorables à la vaccination, selon l'étude Harris Interactive pour LCI, réalisée ce mercredi 9 décembre*. Seuls 16% des Français interrogés indiquent qu'ils le feront certainement, contre 18% auparavant.

"On ne mesure pas ici tous les effets des intentions différenciées (ceux pouvant être amenés à se faire vacciner plus tard) mais l'évolution est nette. Et à considérer", note l'institut d'études marketing et de sondages d'opinion. En effet, si beaucoup d'espoirs sont placés dans les futurs vaccins contre le coronavirus, Pfizer, Moderna et AstraZeneca affichant des taux d'efficacité avoisinant les 90%, de nombreuses inconnues persistent. Mutation, risque de transmission, durée de l'immunité... autant d'éléments, dont les contours demeurent flous, qui renforcent le scepticisme  de nombreux Français.  

* Enquête réalisée selon la méthode des quotas sur un échantillon de 1026 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus.


Y.R

Tout
TF1 Info