Covid-19 : la propagation fulgurante du variant Omicron

Covid-19 : l'épidémie repart en Martinique après le carnaval, la levée des restrictions retardée

Audrey LE GUELLEC
Publié le 11 mars 2022 à 17h18, mis à jour le 11 mars 2022 à 17h36
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Le taux d’incidence a triplé en quatre jours sur le territoire ultramarin.
Ces dernières semaines, des milliers de personnes ont pris part aux festivités sur l'île sans aucun geste barrière.
Mais la couverture vaccinale y reste très faible.

"Reprise massive des contaminations". C'est en ces termes que l'agence régionale de santé (ARS) de Martinique résumait le contexte sanitaire sur l'île dans son dernier bulletin épidémiologique, daté du 8 mars. "La situation épidémique, qui s’améliorait depuis quelques semaines sur le territoire, s’est vue impactée par l’augmentation de l’ensemble des indicateurs virologiques", détaille-t-elle. En quatre jours, le taux d’incidence a été multiplié par trois. Chez les 20-29 ans, l'incidence est même cinq fois supérieure, avec près de 4500 sur 100.000 jeunes Martiniquais touchés par le Covid-19. 

Dans ce contexte, la préfecture a annoncé ce vendredi la prolongation des mesures de lutte contre la propagation de l'épidémie, jugeant que "la hausse des contaminations ne permet pas leur levée à la même vitesse que l'Hexagone". Pour les quinze prochains jours au moins, le couvre-feu de 22 heures à 5 heures sera ainsi maintenu comme l'application du pass sanitaire dans les lieux où il reste obligatoire. Le protocole de niveau 2 restera par ailleurs en vigueur dans les établissements scolaires (cours en présentiel avec port du masque).

Moins d'une personne sur deux vaccinée

"Cette reprise massive des contaminations s'inscrit dans un contexte d'activités festives et en premier lieu le carnaval", a insisté l'ARS en début de semaine. Du 27 février au 2 mars, comme d'accoutumée à cette période de l'année, des festivités ont en effet animé l'île. "On danse, on chante, on se lâche, dans les rues comme en soirée", explique au Parisien Anne Criquet-Hayot, présidente de l’Union régionale des médecins libéraux (URML) en Martinique. "Pas étonnée" par ce rebond, elle décrit des scènes de liesse sans le moindre geste barrière ni distanciation physique.

Dans ce contexte, le recours aux tests bondit. Si la tension sur le secteur hospitalier reste constante pour l'heure, le nombre de passages aux urgences pour Covid-19 est lui en augmentation. La reprise pourrait très vite se faire ressentir dans les services de réanimation, alors que moins d'une personne sur deux est vaccinée sur le territoire ultramarin.

Lire aussi

C'est d'ailleurs pour augmenter le taux de vaccination sur l'île que de premières doses de Novavax y ont été livrées en priorité ce mardi. Ce vaccin contre le Covid-19, mais sans ARN messager, est présenté comme une alternative pour ceux auxquels les sérums de Pfizer et Moderna font peur.

Il a commencé à être administré à partir du même jour en Guadeloupe, où un peu plus de 45% de la population a reçu une première dose, 43% une seconde, et 22,5% une troisième du vaccin Pfizer. Or, sur cette île des Antilles aussi, l'épidémie connaît un nouveau rebond après plusieurs semaines de décrue. "Le taux de positivité repasse au-dessus du seuil d'alerte" avec un taux d'incidence qui "remonte à 521 pour 100.000 habitants", a indiqué lors d'une conférence de presse Florelle Bradamantis, directrice adjointe de l'ARS Guadeloupe.


Audrey LE GUELLEC

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info