Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Coronavirus : un bâtiment du marché de Rungis transformé en morgue

La rédaction de LCI
Publié le 2 avril 2020 à 15h44, mis à jour le 3 avril 2020 à 9h45
JT Perso

Source : TF1 Info

FUNERARIUM - Un entrepôt du marché de Rungis (Val-de-Marne) va être réquisitionné dès ce vendredi 3 avril pour entreposer les corps des victimes du Covid-19. Face au nombre croissants de de décès, les lieux habituels pourraient en effet ne pas être en mesure de faire face à l'afflux.

Un pic épidémique annoncé, et un nombre de décès très important à venir. Alors qu'une surmortalité se profile en France, comme chez nos voisins européens, des mesures ont dû être prises en urgence et plusieurs scénarios envisagés. Ainsi, comme le confirmait le ministère de l'Intérieur il y quelques jours à LCI, des demandes avaient été faites à tous les préfets de l'Hexagone pour recenser les lieux qui pourraient servir de chambre funéraire, avec des règles à respecter pour ces sites, à savoir une température n'excédant pas les 5°C. 

Instituts médico-légaux, églises, voire excavations naturelles à basse températures ont été listés comme possibilités dans différentes villes. En Ile-de-France, c'est le marché de Rungis avait déjà été évoqué depuis quelques temps déjà. De fait, un de ses entrepôts avait déjà été utilisé lors de la canicule de de 2003. Cela sera de nouveau le cas 17 ans plus tard pour tenter de faire face au nombre croissant de décès redouté ces prochains jours et semaines. 

Un hall excentré

"Situé dans un hall excentré et isolé des autres pavillons du marché d’intérêt national de Rungis, dans le Val-de-Marne, ce lieu permettra de conserver dans les conditions les plus dignes et acceptables du point de vue sanitaire, les cercueils des défunts dans l’attente de leur inhumation ou crémation, en France ou à l’étranger", précise la préfecture de police dans un communiqué. "Des salons seront aménagés pour permettre aux familles de se recueillir autour du cercueil de leur proche avant son départ vers un cimetière ou un crématorium. Ce lieu sera en mesure d’accueillir les premiers cercueils dès ce vendredi 3 avril et les familles pourront y avoir accès à compter du lundi 6 avril, selon des modalités qui leur seront précisées individuellement."

La préfecture de police ajoute que "ce lieu sera géré par un opérateur funéraire disposant de toute l’expertise et de l’expérience requises pour accompagner les familles avec professionnalisme et humanité dans les moments difficiles qu’elles traversent".

L'Ile-de-France, région la plus touchée

Dans son communiqué, la préfecture rappelle également que "l’Ile-de-France est désormais la région la plus touchée par l’épidémie de coronavirus" et que "les effets de cette épidémie se font déjà ressentir sur toute la chaîne funéraire". 

"Depuis plusieurs semaines, la préfecture de police avait anticipé ce phénomène en travaillant avec les collectivités, les hôpitaux et les opérateurs funéraires à l’augmentation des capacités d’accueil dans les chambres mortuaires et funéraires, et à l’accélération du rythme des inhumations et crémations", précise la PP. "Cependant, face à la tension qui persiste sur l’ensemble de la chaîne funéraire, et qui devrait durer pendant plusieurs semaines encore, le préfet de Police, Didier Lallement, a décidé d’ouvrir ce lieu d’accueil de grande capacité répondant aux besoins constatés et à venir."


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info