Covid-19 : la France face à la 7e vague

Covid-19 : le pic de la 7e vague attendu "aux alentours de la semaine prochaine", selon le Pr Jean-François Timsit

Maëlane Loaëc
Publié le 6 juillet 2022 à 10h15
JT Perso

Source : TF1 Info

Le chef du service réanimation de l’hôpital Bichat a prédit sur LCI un pic de contaminations très proche et "un afflux" d'hospitalisations "dans une quinzaine de jours".
La situation reste "relativement" sous contrôle à l'hôpital pour l'heure, mais il recommande le port du masque dans certains cas et la 4e dose pour les personnes éligibles.

Après des semaines d'accalmie, les contaminations au Covid-19 repartent vertigineusement à la hausse et la 7e vague de l'épidémie s'accélère. La barre des 200.000 cas quotidiens a été franchie mardi, un seuil pas atteint depuis avril. Si bien que le professeur Jean-François Timsit, chef du service réanimation de l’hôpital Bichat à Paris, a estimé mardi sur LCI que le pic de cette nouvelle vague pourrait survenir dès la semaine prochaine, avec donc une augmentation des hospitalisations à prévoir.

"Les modèles sont assez stables et clairs pour dire que le pic épidémique doit se situer aux alentours de la semaine prochaine. Donc dans une quinzaine de jours, il va très probablement y avoir un afflux de personnes vers l'hôpital, pour tout un tas de raisons", a-t-il avancé dans la vidéo en tête d'article, rappelant qu'il existe "toujours un décalage entre l'arrivée à l'hôpital des patients et le nombre de contaminations".

"Pour l'instant la situation relativement stable et contrôlée, sachant d'un certain nombre de lits sont fermés du fait de la situation de l'hôpital en général en France à l'heure actuelle. On va voir ce qu'il va se passer dans les prochains jours", a poursuivi le médecin. Mardi, le Conseil scientifique mettait ainsi en garde contre l'effet incertain de cette 7e vague sur les prises en charge hospitalières et les décès, sur fond d'hôpital "fragilisé"

Port du masque recommandé dans les lieux de promiscuité

Selon le dernier point de situation sur l'hôpital vendredi, on comptait 1206 admissions sur 24 heures, contre 912 le vendredi précédent et 659 il y a deux semaines. Soit au total 15.496 personnes hospitalisées avec un diagnostic Covid, dont 960 accueillies dans les unités de soins critiques, qui traitent les formes les plus graves. Les taux d'hospitalisation étaient particulièrement élevés chez les 80 ans et plus, précise Santé publique France.

Pour limiter les infections et les risques d'hospitalisations, Jean-François Timsit recommande le port du masque dès lors que "l'on est proche des autres, que l'on se parle à une distance très proche dans un lieu mal aéré", comme dans les boutiques en cette période de soldes ou dans les transports en commun ou en voiture, sur la route des vacances notamment, qui plus est si l'on voyage "avec des personnes âgées, à risques, pas forcément très bien vaccinées"

Le professeur s'est d'ailleurs adressé aux 60 ans et plus et les personnes au système immunitaire fragile, dont la 3e dose remonterait "à janvier dernier" : "il peut être raisonnable de pousser la porte d'un pharmacien ou d'un personnel de santé qui vaccine pour faire la 4e avant la rentrée", a-t-il préconisé. 

Lire aussi

Quant à l'épidémie elle-même, le nombre de contaminations finira par s'essouffler, mais nous n'avons pas encore atteint le bout du tunnel, selon le spécialiste. "L'histoire de la médecine et des épidémies dit qu'une épidémie dure environ quatre ans. Clairement, elle n'est donc pas totalement finie et ce sont toujours des soubresauts", a-t-il expliqué. Passé le premier, "un tsunami" correspondant à "la première et deuxième vague", "progressivement les vagues sont moins fortes et plus étendues en durée". "Et puis un jour, soit le virus disparaît, soit il devient notre quotidien, comme la grippe ou le rhume, autrement dit n'importe quel virus avec lequel on vit et avec lequel notre système immunitaire est en équilibre", a poursuivi le professeur.


Maëlane Loaëc

Tout
TF1 Info