PROTOCOLE SANITAIRE - Malgré une reprise épidémique déjà amorcée, la jauge fixée à 75% de la capacité des discothèques est levée, a annoncé ce jeudi le gouvernement. Dans les faits, la majorité des départements n'appliquaient déjà plus la restriction.

La mesure était déjà de fait abrogée par les départements au niveau local dans la majeure partie du pays, mais le gouvernement a confirmé officiellement le changement de protocole sanitaire au niveau national ce jeudi 11 novembre : l'ensemble des boîtes de nuit n'auront plus à limiter leur clientèle aux trois quarts de leur capacité, une mesure entrée en vigueur cet été. 

Un décret publié au Journal officiel a supprimé une précédente disposition, prise en juin, qui imposait une jauge de 75% à une catégorie d'établissements comprenant les discothèques et les salles de concert accueillant du public debout. À l'époque, cette mesure devait accompagner la réouverture de ces établissements, qui était attendue de longue date, en sus du pass sanitaire obligatoire. 

Le secteur des discothèques a été en effet particulièrement affecté par la crise sanitaire : il a été le seul à avoir été contraint pendant plus d'un an à une fermeture sans interruption, à l'inverse de plusieurs lieux publics réouverts progressivement, comme les restaurants et salles de musées et de spectacle. 

"80%" des départements avaient déjà levé la contrainte sanitaire

La limitation à 75% était donc apparue comme un moindre mal pour le secteur, avant qu'elle ne devienne largement obsolète : la grande majorité des départements l'ont supprimée au niveau local. Le ministère de la Culture a précisé à l'AFP que cette jauge n'était déjà plus obligatoire dans "80%" des départements début novembre, évoquant une "clarification" par la mesure annoncée ce jeudi. 

Mais certains départements avaient pourtant fait marche arrière ces derniers jours, face à la reprise épidémique. Depuis lundi 8 novembre, 39 départements où le taux d'incidence a dépassé ces derniers jours les 50 cas pour 100.000 habitants ont imposé le retour d'une jauge de fréquentation de 75% pour les spectateurs venus assister à un concert debout dans un lieu public clos, comme les discothèques. Parmi eux, l'Indre-et-Loire, alors que boîtes de nuit du territoire avaient pourtant été autorisées à rouvrir à 100% de leur capacité le 4 octobre dernier, note France Bleu

Cette décision intervient tandis que le taux d'incidence a augmenté de 44% au cours de la semaine passée, atteignant 90 nouveaux cas pour 100.000 habitants, a relevé Santé Publique France dans son dernier point épidémiologique publié ce jeudi. Dans 21 départements, il a même dépassé 100 cas pour 100.000 habitants.


La rédaction de TF1info (avec AFP)

Tout
TF1 Info