Covid-19 : déjà un an de pandémie...

Pass sanitaire : une cinquantaine de bistrots bretons refusent de le contrôler

Publié le 5 août 2021 à 6h25
Pass sanitaire : une cinquantaine de bistrots bretons refusent de le contrôler

Source : SAMEER AL-DOUMY / AFP

CONTRÔLES - Une cinquantaine de cafetiers et restaurateurs bretons ont annoncé leur opposition au pass sanitaire, expliquant refuser "de jouer le rôle de police sanitaire" dans leur établissement.

Avant même sa mise en place, ils le refusent. Une cinquantaine de cafetiers et restaurateurs implantés dans 38 communes bretonnes ont manifesté publiquement leur opposition au pass sanitaire obligatoire. Ils ont indiqué refuser vouloir se soumettre "au rôle de police sanitaire" dans leur établissement. Une tâche qui doit les attendre à partir du 9 août. "Nous sommes des lieux ouverts à toutes et tous sans distinction (...). L'accueil sans condition, l'entraide et l'échange sont des notions fondamentales, inscrites dans notre socle de valeurs", ont-ils précisé dans un communiqué publié sur leur page Facebook.

"Nous refusons de jouer le rôle de police sanitaire et ainsi de contrôler, de trier et de séparer les usagers de nos lieux", ont-ils ajouté, estimant également que le pass sanitaire pourrait les contraindre à "refuser de servir un verre ou permettre d'assister à une animation à des personnes que nous côtoyons depuis des années". Avec la mise en œuvre de cet outil par le gouvernement, ces bistrots y voient "une ligne rouge" de franchie, allant à l'encontre de "la défense de la liberté individuelle d'aller et venir dans des lieux publics".

Lire aussi

Pour autant, ces cafetiers et restaurateurs bretons se disent "pleinement conscients du contexte sanitaire" et ne souhaitent pas remettre "en débat la pertinence du vaccin". Pour rappel, le pass sanitaire doit être étendu dès le 9 août aux cafés, restaurants, trains grandes lignes et vols intérieurs, ainsi qu'aux patients non urgents et visiteurs dans les établissements de santé et maisons de retraite. Tout cela est sous réserve de la décision attendue jeudi du Conseil constitutionnel, saisi par des députés de gauche.


La rédaction TF1 Info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info