Covid-19 : déjà un an de pandémie...

Covid-19 : l'expérimentation de l'ouverture des terrasses de restaurants réclamée par l'Uhmi

C.A.
Publié le 26 mars 2021 à 15h20
A Mulhouse, dans l'Est de la France.

A Mulhouse, dans l'Est de la France.

Source : AFP

TENTATIVE - En vue d'un prochain retour à la normale, le gouvernement a déjà autorisé la tenue de concerts-tests. C'est donc pleine d'espoir que l'Umih des Pyrénées-Orientales a adressé jeudi une lettre à Jean Castex pour demander l'expérimentation de l'ouverture des terrasses de restaurants.

Début mars, l'exécutif laissait entendre une réouverture des restaurants et des bars "entre le 15 avril et le 15 mai". Emmanuel Macron encourageait lui-même les Français en leur demandant de tenir encore "4 à six semaines" avant d'éventuels assouplissements. Mais avec plus de 45.600 nouveaux cas déclarés jeudi et 19 départements confinés, l'heure ne semble pas encore au relâchement et encore moins à la reprise du secteur de la restauration. Pourtant, l'Union départementale des métiers de l’industrie hôtelière des Pyrénées-Orientales (Umih 66) a tenté jeudi une approche auprès du gouvernement. 

Au travers d'une lettre adressée à Jean Castex, les professionnels demandent l'expérimentation de l'ouverture des terrasses de restaurants dans les départements où la propagation du virus est faible. "À l’instar de nos voisins européens, vous avez décidé de territorialiser les mesures de confinement pour lutter contre la propagation du virus au plus près de la réalité de chaque territoire. Nous vous demandons de vous inscrire dans la même logique et de territorialiser les mesures d’assouplissement pour nos établissements", réclament-ils.

Nos concitoyens vont remplir les terrasses de Figueras alors que de l’autre côté de la frontière, les Français s’entassent sur les bancs publics et les trottoirs à l’heure du déjeuner.

Umih 66

L'Umih souhaiterait que cette expérimentation s'étale sur trois semaines à partir du 1er avril. Elle propose notamment de la mener dans le département des Pyrénées-Orientales, où la proximité de l'Espagne qui autorise l'ouverture des restaurants et des bars jusqu'à 23h donne lieu à une concurrence jugée "déloyale". "Nos concitoyens vont remplir les terrasses de Figueras alors que de l’autre côté de la frontière, les Français s’entassent sur les bancs publics et les trottoirs à l’heure du déjeuner", dénonce l'organisation patronale, qui avance également le faible taux d'incidence du département (79,4).

Lire aussi

Il y a dix jours, les professionnels de l'hôtellerie restauration ont commencé à travailler avec le ministère de l'Economie à une réouverture progressive, encore sans calendrier, des bars et restaurants. Les ministres que les organisations syndicales (Umih, GNI, GNC, SNRCT) ont rencontrés "ont proposé un plan de réouverture en trois phases" de quatre semaines chacune, "sans donner de dates précises (...) précisant que la reprise d'activité était soumise à deux indicateurs: le nombre de cas de contamination par jour et le nombre de personnes vaccinées"

La première phase permettrait juste aux clients des restaurants d’hôtels de prendre leur petit déjeuner dans la salle de restauration, tandis que la deuxième verrait les terrasses mais aussi les salles des cafés et restaurants -y compris ceux des hôtels-, rouvrir à 50% de leur capacité d'accueil. Quant à la troisième phase, ce serait une "ouverture complète des établissements, sans jauge, mais toujours dans le respect du protocole sanitaire renforcé".


C.A.

Tout
TF1 Info