Covid-19 : le Danemark va-t-il mettre fin à sa campagne de vaccination ?

M.L
Publié le 12 février 2022 à 18h26

Source : JT 20h WE

Le Danemark a décidé de ne pas engager de campagne de vaccination de quatrième dose et refuse d'ouvrir la troisième dose aux moins de 18 ans.
Le pays réfléchit à "achever" son dispositif vaccinal actuel d'ici au printemps.
L'autorité de santé danoise considère désormais que le Covid-19 n'est plus "une maladie socialement critique".

Une vague épidémique qui "s'éteint" et une couverture vaccinale déjà rassurante : le Danemark a pris la décision de ne plus mener de nouvelle campagne vaccinale et "envisage d'achever l'ensemble de son programme de vaccination générale" au plus tard au printemps. Dans un communiqué publié sur le site du Conseil national de la santé danois, le gouvernement annonce qu'il ne proposera pas de quatrième dose à la population générale ni de troisième dose aux moins de 18 ans, considérant que le dispositif vaccinal actuel, "très largement respecté", était suffisant. 

Au total, 80,9% des quelque 5,8 millions de Danois étaient vaccinés, dont 61,4% avec une dose de rappel au 11 février, selon le Statens Serum Institut, un institut de recherche sur les maladies infectieuses, des chiffres relayés par le journal danois Politiken. De plus, de nombreuses personnes ont été infectées par le variant Omicron, ce qui permet de renforcer encore davantage l'immunité de la population. "En même temps, nous entrons dans le printemps et nous savons par expérience que le nombre d'infections diminue avec le changement de saison", poursuit le communiqué, qui estime que le Covid-19 n'est plus désormais "une maladie socialement critique".

Ces annonces font suite à un allègement du protocole sanitaire en vigueur dans le pays le 1er février, mettant fin au port du masque, au pass sanitaire et aux jauges, bien que les nouveaux cas avoisinaient alors les 40.000 à 50.000 contaminations par jour et que le nouveau variant BA.2 se propage dans le pays. 

Pas de 4e dose, même pour les personnes âgées

Malgré tout, grâce à l'alliance de l'immunité conférée par Omicron, la bonne couverture vaccinale et la hausse des températures, le Conseil national de la santé danois considère qu'une campagne de quatrième dose n'était pas nécessaire, ni en population générale, ni même pour les personnes âgées. 

"Les résidents des maisons de repos et les personnes de plus de 85 ans sont bien protégés par un troisième vaccin", estime l'autorité danoise, notamment parce que les plus âgés ont aussi été massivement infectés par Omicron, pour la grande majorité heureusement sans forme grave grâce à l'efficacité de la troisième dose. Un choix à contre-courant de la position du gouvernement à la mi-janvier, lorsqu'il souhaitait proposer une quatrième dose aux personnes fragiles, à savoir les personnes immunodéprimées, les malades de cancer ou les personnes souffrant d'arthrite. 

Par ailleurs, le Danemark ne proposera pas de troisième dose pour les mineurs, estimant que cela n'est pas nécessaire à l'heure actuelle. L'Agence européenne des médicaments n'a pas donné son feu vert pour la dose de rappel sur cette tranche d'âge. En outre, les moins de 18 ans risquent peu de formes graves en cas de contamination au variant Omicron et ils disposent déjà d'une immunité élevée, détaille le communiqué. 

Le Danemark estime par ailleurs qu'il parviendra à achever "l'ensemble du programme de vaccination générale" d'ici au printemps au plus tard. L'autorité sanitaire pense qu'elle sera en mesure d'annoncer les dates de la fin de cette campagne avant la fin du mois. "Le Conseil national de la santé prévoit maintenant de compléter le programme de vaccination actuel pour tous les groupes cibles, y compris les enfants âgés de 5 à 11 ans", prévoit ainsi le Conseil national de la santé danois.

Pour autant, cette décision n'est pas gravée dans le marbre. "Nous allons bien sûr suivre de près l'épidémie et nous sommes prêts à changer notre décision si, contre toute attente, une quatrième vague printanière ou de nouveaux variants inquiétants apparaissent ce printemps", affirme dans le communiqué Bolette Søborg, médecin en chef de l'autorité. 

La vaccination protège les 5-11 ans des cas de PIMS

Le Conseil national de la santé danois tire par ailleurs quelques conclusions au sujet de la vaccination des 5-11 ans, dont le coup d'envoi avait été donné dans le pays en novembre 2021. Cette campagne a permis de renforcer l'immunité de la population générale d'environ 2%, une proportion toutefois moindre que prévu à cause de l'apparition du variant Omicron. La vaccination a en revanche réussi pleinement à protéger les enfants des formes graves, note l'autorité. Selon Politiken, 48 % des 430.000 enfants danois ont reçu au moins un vaccin, tandis que 36 % ont été entièrement vaccinés.

Parmi les enfants vaccinés, les cas de PIMS, un syndrome inflammatoire infantile provoqué dans de rare cas par une contamination au Covid-19, ont été bien moins importants que chez les enfants non-vaccinés, relève le Conseil national. 

D'après Politiken, 29 enfants de 5 à 11 ans ont été atteints par le syndrome depuis le 1er novembre, mais un seul était vacciné. L'autorité danoise continue donc de recommander la vaccination pour cette tranche d'âge et appelle les parents des enfants ayant déjà reçu une première dose à les faire vacciner avec la deuxième injection. 


M.L

Tout
TF1 Info