RELIGION - Alors que l'Église se prépare à célébrer sa deuxième messe de Noël sous Covid-19, la flambée épidémique la contraint à s'adapter. Mais pour l'instant, "il n'y a ni jauge ni distanciation", assure Monseigneur Patrick Chauvet.

Malgré des dizaines de milliers de cas de Covid-19 chaque jour, les fidèles vont pouvoir célébrer la messe de Noël. Invité de LCI ce vendredi matin, Monseigneur Patrick Chauvet, Recteur de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, espère qu’il y aura "assez de personnes" dans les Églises en ce 24 décembre. Car tout le monde sera accepté. "Pour l'instant, il n'y a ni jauge ni distanciation", assure-t-il, même si l'ombre de nouvelles restrictions plane sur la France.

Vers un couvre-feu ? "Les messes les plus importantes se déroulent le soir"

Dans les lieux de culte, accessibles sans pass sanitaire, les gestes barrières devront être scrupuleusement respectés. "Dès que vous entrez, nous vérifions que vous avez le masque et on vous met du gel", indique Mgr Chauvet. "Il n'y a pas de geste de paix, mais simplement des gestes de la tête. Le prêtre qui donne la communion se met du gel juste avant. Et il n'y aura pas de chocolat chaud à la sortie."

Après Noël, en raison de la montée en flèche du variant Omicron qui pourrait devenir majoritaire dans le pays dans quelques jours, l'Église se prépare-t-elle à des jours difficiles ? "Nous sommes déjà en train de réfléchir sur la distanciation", répond Mgr Chauvet. "Il faudra peut-être de nouveau séparer les chaises. Je crains aussi le couvre-feu, les messes les plus importantes se déroulent le soir. Mais dans une telle crise, il faut des lieux de paix et de ressourcement."


I.N.

Tout
TF1 Info