La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Pass sanitaire en entreprise : plusieurs difficultés pointées par une association de DRH

C.A.
Publié le 19 décembre 2021 à 13h44
JT Perso

Source : TF1 Info

ENTREPRISE - Seulement évoquée comme une possibilité par le gouvernement il y a quelques jours, l'idée d'imposer le pass sanitaire au travail semble avoir fait son chemin. Sur LCI, le vice-président délégué de l'association nationale des DRH met cependant en évidence plusieurs freins à la mesure.

Dans un entretien publié par Brut dimanche, Olivier Véran a fait savoir la question du pass sanitaire en entreprise était désormais sur la table. "C'est aux députés et aux sénateurs de se prononcer sur la question", indique-t-il tout en affirmant que "c'est une contrainte de plus que nous assumons". Le ministère du Travail souhaitant voir appliquer ce pass "le plus vite possible", la ministre Elisabeth Borne rencontrera dès lundi les partenaires sociaux pour discuter des modalités.

Interviewé sur LCI ce dimanche, le vice-président délégué de l'association nationale des DRH, Benoît Serre, souligne cependant plusieurs difficultés à la mise en œuvre du pass.

La question des salariés ne disposant pas de pass sanitaire

Pour lui, cette idée pose deux problèmes. "Le premier, c'est que vous avez des gens qui n'ont pas de pass, ce qui pourrait désorganiser les entreprises", explique-t-il. "Le deuxième concerne le statut juridique des salariés qui ne pourraient pas rejoindre l'entreprise parce qu'ils n'auraient pas de pass sanitaire. Est-ce qu'on les met en congés ? Est-ce qu'on suspend leur contrat de travail ?", poursuit-il, sous-entendant un risque de baisse de production. "Est-ce qu'on les met en télétravail ? Mais dans ce cas-là il faut que le métier soit compatible. Cela ne concerne que 40% des salariés en France". 

Benoît Serre évoque aussi la possibilité du télétravail, tout en soulignant que seuls "40% des salariés en France" ont un métier compatible. Le vice-président de l'ANDRH pointe de plus du doigt le risque de "l'effet d'aubaine" de la part de salariés qui prétendraient ne pas avoir de pass pour pouvoir travailler à la maison.

Le contrôle du pass, un coût financier autant qu'humain

Benoît Serre met aussi en lumière le coût que le contrôle des pass par les entreprises. "C’est à l’employeur ou le cas échéant au responsable de l’établissement qu’il appartient de mettre en place le contrôle du pass sanitaire des salariés. Le contrôle doit être effectué tous les jours. Si les vérifications ne sont pas faites, l’employeur peut recevoir une mise en demeure voire une fermeture de son établissement pour 7 jours maximum", indique à LCI le cabinet d'Elisabeth Borne.

"Et demander tous les jours à vos collègues s'ils ont leur pass sanitaire, ça crée quand même une ambiance qui n'est pas terrible", ajoute le vice-président de l'ANDRH.

Une mesure "progressive et ciblée" réclamée par les DRH

Plutôt que d'imposer ce pass sanitaire "dans toutes les entreprises du pays sans exception, même celles qui n’ont pas de contact physique et direct avec le grand public", comme l'explique le cabinet d'Elisabeth Borne, Benoît Serre préférerait que la mesure soit appliquée de façon "progressive et ciblée". "Quand vous êtes dans un immeuble de 200 personnes, ça peut s'entendre", estime-t-il en suggérant que le dispositif ne soit pas nécessaire pour les entreprises de petite taille.

Il suggère également de réserver le pass sanitaire aux "lieux de brassage" comme le restaurant d'entreprise. "Ça permettrait aux gens de travailler, et en même temps ça ne leur permettrait pas d'entrer dans des lieux où ils pourraient augmenter le risque de contamination des autres."

Lire aussi

L'exécutif voudrait voir appliquer ce pass, qui ne permettrait pas l'allègement des contraintes déjà existantes, "le plus vite possible". "Cela passera par la loi, qui sera examiné le 5 janvier. Avec un calendrier d’application à discuter avec les partenaires sociaux."


C.A.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info