Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Qu'est-ce que la "Covida" et faut-il s'en méfier ?

Audrey LE GUELLEC
Publié le 3 juin 2021 à 8h00, mis à jour le 3 juin 2021 à 9h47
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ZOOM - Un néologisme inspiré des mots "covid" et "movida" se répand depuis quelques jours pour évoquer ce qui se profile en France après des mois de crise sanitaire. Explications.

Les Français sont-ils en train de savourer leur "Covida" ? L'expression, qui se répand depuis quelques jours est née de la fusion des mots "covid" et "movida", en écho au mouvement qui a vu le jour en Espagne après l'abolition du régime franquiste, et qui a donné lieu à un tourbillon de créativité et de divertissement. 

Après des mois de crise sanitaire, l'emploi de ce néologisme pour décrire ce qui se profile en France, l'un des pays le plus pessimiste au monde, est plutôt de bon augure. Mais il s'accompagne aussi de mises en garde. 

Comment se traduit la "Covida" en France ?

Le retour des beaux jours et la décrue de l'épidémie qui accompagnent la levée progressive des restrictions sanitaires, est synonyme d'un retour à la vie d'avant pour de nombreux Français qui ne cachent pas leur plaisir de renouer peu à peu avec une forme de légèreté. En témoignent, entre autres, les terrasses qui ne désemplissent pas depuis leur réouverture le 19 mai. Mais aussi les masques qui commencent à tomber dans certains départements, en attendant une levée, très attendue, de la mesure à l'échelle nationale.

La "Covida" ne s'illustre toutefois pas qu'en terrasse. Elle traduit également l'embellie conjoncturelle que connait actuellement l'économie du pays à l'instar de la "Movida" espagnole qui fut synonyme de croissance forte après l’épreuve du franquisme. 

De fait, les deux dernières enquêtes mensuelles publiées par l'Insee révèlent en effet un regain d'optimisme des acteurs économiques. Côté consommateurs, le moral des ménages se rapproche à nouveau de sa moyenne de longue période en progressant de deux points par rapport à avril, avec des Français plus confiants sur leur situation financière future et moins enclins à épargner. Et la part de ceux qui jugent que leur niveau de vie va s'améliorer au cours des douze prochains mois revient au-dessus de la moyenne.

Gare toutefois à ne pas trop s'emballer

Si ces bonnes nouvelles qui vont de pair avec la progression de la couverture vaccinale en France laissent entrevoir le bout du tunnel, la prudence reste de mise tant sur le plan tant sanitaire qu’économique. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a d’ailleurs appelé ce mercredi les Français à ne pas "baisser la garde" face au Covid-19, évoquant notamment des "signaux d'alerte" dans certains territoires, et ce bien que le niveau global de la circulation du virus soit "comparable à celui du début de l'automne dernier".

Les médecins abondent. "La France est sur la bonne voie", mais l'heure n'est pas encore venue de relâcher nos efforts, pour l'épidémiologiste Arnaud Fontanet. "On franchit de nouvelles étapes, on est heureux de voir à quelle vitesse le nombre de cas décroit depuis les mesures de restriction de fin mars - début avril", s'est réjouit ce mercredi le membre du Conseil scientifique, sur RTL, tout en appelant à "continuer à respecter les gestes barrières et toutes les mesures proposées", pour passer un été beaucoup plus tranquille. Et d'insister : "L'important, c'est de profiter mais avec mesure, de ne pas se dire que les lieux rouvrent et qu'on peut revenir à la vie d'avant, c'est trop tôt."

Lire aussi

Autant de mises en garde qui s'adressent bien sûr également aux personnes vaccinées dans un contexte où les professionnels de santé redoutent une vague de laisser-aller. Si le "syndrome du vacciné" venait à contaminer le plus grand nombre expliquent-ils, il pourrait rapidement avoir un effet négatif sur l'évolution de l'épidémie. 


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info