Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : Olivier Véran "espère sincèrement" la fin du masque pour cet été

TG
Publié le 4 mai 2021 à 10h44, mis à jour le 5 mai 2021 à 1h09
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

GESTES BARRIÈRES - Le ministre de la Santé a estimé ce mardi sur Europe 1 que la fin du port du masque sera "pour cet été", si suffisamment de Français sont vaccinés d'ici là.

Le bout du tunnel n'a jamais semblé si proche. Invité ce mardi sur Europe 1, Olivier Véran a détaillé les prochaines étapes du déconfinement, espérant "sincèrement" que la fin du port du masque "sera cet été". À une condition : que la campagne de vaccination porte ses fruits.

"Nous savons que la vaccination protège des formes graves et nous pensons qu'elle protège bien de la diffusion du virus et donc du risque d'épidémie. Quand suffisamment de Français vont être vaccinés, on pourra envisager de baisser la garde", a tout d'abord détaillé le ministre de la Santé. Avant de préciser : "Je ne peux pas donner de date aujourd'hui, ce ne serait pas honnête de ma part. Mais dès lors que nous pourrons nous retrouver, envisager sereinement la fin des gestes barrières et la fin du masque à l'extérieur, nous n'attendrons pas 24 heures. Nous le dirons immédiatement. Et j'espère sincèrement que ce sera cet été."

"Le temps viendra pour toute la population de se faire vacciner"

"Nous sommes dans une vague épidémique nationale qui décline", a également déclaré sur Europe 1 le ministre. Interrogé sur la campagne de vaccination, ce dernier a défendu la stratégie du gouvernement : "Nous priorisons toujours les personnes les plus à risque. Au 15 juin, il n’y aura plus de limite d’âge". 

"On n'est pas dans le supplice chinois (...) Le temps viendra pour toute la population de se faire vacciner, je vous le promets", ajoute Olivier Véran. "Nous avons multiplié par 4 le nombre de rendez-vous dans les centres de vaccination en une semaine".

Lire aussi

Que pense-t-il de la non-nécessité d'ordonnance pour vacciner les 18-54 ans atteints de maladies chroniques ? Cela relève du "bon sens", s'est justifié Olivier Véran, disant ne pas craindre un "contournement" par le reste de la population. "J'aurais pu demander à 4 millions de Français adultes, jeunes, atteints de maladies chroniques, d'aller chez leur médecin, embouteiller les cabinets médicaux en peine vague épidémique, pour leur demander une attestation selon laquelle ils auraient une maladie", a argumenté le ministre sur Europe 1, disant avoir préféré faire "confiance". "Il y aura peut-être des stratégies de contournement, mais ce sera à la marge", a-t-il assuré, interrogé sur le fait de savoir si en pratique, la vaccination contre le Covid-19 était désormais ouverte à tous.


TG

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info