Covid-19 : le défi de la vaccination

La levée du port du masque et du pass vaccinal conditionnée à deux critères, selon Olivier Véran

La rédaction de TF1info (avec AFP)
Publié le 17 février 2022 à 20h03, mis à jour le 17 février 2022 à 21h48
JT Perso

Source : Sujet JT LCI

La levée se fera lorsque le nombre d’hospitalisations et le taux d'incidence du Covid-19 aura décru, a expliqué jeudi le ministre de la Santé.
Elle devrait intervenir à la mi-mars, avait-il annoncé quelques jours plus tôt.

Le calendrier de levée des restrictions pourrait se préciser, mais à deux conditions près, a précisé jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran. La fin du port du masque et du pass vaccinal, fixée à la mi-mars, dépend de "deux critères indispensables" : le nombre d’hospitalisations et le taux d'incidence du Covid-19. "Le choix de la mi-mars n’est pas un choix qui se fait au hasard, il repose sur le principe selon lequel plus aucun hôpital n’est obligé de déprogrammer des soins à cause du Covid, ce qui n’est pas encore le cas", a déclaré le ministre, en marge d'un déplacement à Nice.

De nouvelles perspectives d'allégement, à l'heure la levée de restrictions a déjà commencé depuis le début du mois de février, avec notamment la fin des jauges dans les établissements accueillant du public, la fin du port du masque à l'extérieur et la réouverture des discothèques. À compter du 28 février, le masque ne sera plus obligatoire dans les lieux clos soumis au pass vaccinal, hormis les transports.

La levée des mesures "sous-entend que l’activité a repris un rythme de routine, et ça je l’ai estimé entre 1.000 et 2.000 patients Covid en réanimation, il serait inutile et excessif que je vous donne un chiffre à l’unité près", a précisé le ministre. D'autre part, "il faut que le virus circule le moins possible. Or, le taux d’incidence se divise quasiment par deux chaque semaine, donc dans quatre semaines, s'il continue sur cette dynamique, on sera revenu à un taux extrêmement faible nous permettant de lever les dernières mesures sans prendre de risques de faire flamber l'épidémie", a détaillé Olivier Véran.

Pour l'heure, 3055 personnes sont hospitalisées en soins critiques, soit 71 de moins que la veille et 361 de moins par rapport au jeudi précédent, selon les dernières données de Santé Publique France, publiées mercredi soir. Au total, 29.843 patients Covid sont actuellement hospitalisés, un chiffre en baisse de 735 lits par rapport à la veille et de 2572 lits sur une semaine.

"La mi-mars correspond à la croisée de ces trois paramètres : des hôpitaux en état de fonctionner normalement, un virus qui circule mais très faiblement, et suffisamment de recul par rapport au 28 février, (...) pour pouvoir ensuite supprimer le masque en intérieur, et supprimer le pass vaccinal avec la possibilité de le conserver dans certaines situations à risques", a résumé le ministre.

Mercredi, Olivier Véran avait déjà envisagé la fin du port du masque en intérieur pour les adultes et les enfants "à la mi-mars", ainsi qu'un allègement du pass vaccinal à cette date, si la circulation du virus est "très faible". "A la mi-mars, si les hôpitaux sont en état normal de fonctionnement, et si la circulation du virus est très faible, nous pourrons enlever les masques pour les adultes et pour les enfants, pour tout ou partie des lieux fermés, y compris sans pass", avait-il déclaré sur Franceinfo. Et ce, malgré les réticences de certains épidémiologistes.

Lire aussi

Le Covid-19 "n'est pas derrière nous, mais ça s'améliore nettement partout (...), donc c'est une nouvelle rassurante", s'était alors félicité le ministre, rappelant toutefois qu'"il y a encore beaucoup de malades à l'hôpital, en réanimation et encore beaucoup trop de morts au quotidien". 


La rédaction de TF1info (avec AFP)

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info