Covid-19 : le défi de la vaccination

Covid-19 : l'accord d'un seul parent est à nouveau suffisant pour faire vacciner son enfant

La rédaction de TF1 Info
Publié le 25 janvier 2022 à 15h07
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La vaccination pour les 5-11 ans est ouverte depuis fin décembre, avec une dose adaptée.
Le 6 janvier, le ministère de la Santé avait exigé l'accord écrit des deux parents pour valider la vaccination de l'enfant.
À peine plus de 200.000 enfants de plus de onze ans ont été vaccinés, sur cinq millions d'enfants.

C'est un rétropédalage du ministère de la Santé. L'accord d'un seul parent redevient suffisant pour vacciner les 5-11 ans contre le Covid-19, a annoncé mardi le ministère de la Santé qui cherche à faire décoller la vaccination chez les enfants. "Maintenant l'autorisation d'un seul des deux parents suffit", a expliqué un responsable du ministère de la Santé lors d'une conférence de presse sur l'avancée de la campagne de vaccination.

La vaccination anti-Covid est ouverte depuis la fin décembre pour les 5-11 ans en France (depuis le 15 décembre pour les enfants susceptibles de faire des formes graves de la maladie), avec un seul type de vaccin : une version moins dosée de celui développé par Pfizer/BioNTech. Dans un premier temps, l'accord d'un seul parent était suffisant. Puis, le 6 janvier, le ministère avait indiqué que l'accord écrit des deux parents devenait nécessaire, conformément à une demande du Conseil d'État.

Cette exigence avait suscité le regret de certains experts, la jugeant inutile et contre-productive. C'était le cas d'Alain Fischer, à la tête du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, l'un des organismes chargés d'orienter l'action du gouvernement en la matière. "C'est un peu malheureux, c'est un obstacle qui dramatise un peu cette notion de vaccination", avait-il déclaré.

En allégeant cette règle, le gouvernement essaie de relancer la vaccination dans cette tranche d'âge. Elle y reste très minoritaire, à peine plus de 200.000 enfants de moins de 11 ans ayant été vaccinés sur plus de cinq millions d'entre eux en France. Au 10 janvier 2022, seuls 1,2% des 5-9 ans et 4% des 10-11 ans avaient reçu une première dose de vaccin, note Santé Publique France dans son dernier rapport spécifique à la situation des mineurs

À ce titre, le gouvernement va aussi autoriser pharmaciens et infirmiers à vacciner les enfants, ce qui était jusqu'alors réservé aux seuls médecins. "Les pharmacies ont la possibilité de commander" depuis le lundi 24 janvier un nombre limité de vaccins Pfizer pour les enfants, a annoncé l'Union de syndicats de pharmaciens d'officine (USPO), une information confirmée mardi par le ministère. Pour rappel, les enfants peuvent recevoir deux doses espacées de 21 jours, mais n'en ont besoin que d'une seule s'ils ont déjà été infectés par le Covid-19.

Selon le rapport de Santé Publique France, entre le 27 décembre et le 2 janvier, le taux de positivité des tests chez les 5-11 ans était de 22 %, soit "la valeur maximale observée depuis le début de la pandémie, toutes classes d’âge confondues". Mais "les 0-17 ans, qui représentent 21,5 % de la population française, représentent entre 3 et 5 % des patients COVID-19 hospitalisés" seulement, "une proportion stable au cours du second semestre 2021".


La rédaction de TF1 Info