Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Réouverture des terrasses : des règles à géométrie variable d'une ville à l'autre

M.D.
Publié le 3 mai 2021 à 10h06, mis à jour le 3 mai 2021 à 16h11
JT Perso

Source : TF1 Info

CASSE-TÊTE - Les terrasses des cafés et restaurants pourront à nouveau accueillir des clients à partir du 19 mai prochain, mais sous certaines conditions. Certains s'inquiètent déjà des conséquences économiques du nouveau protocole sanitaire qui leur sera imposé pour espérer rouvrir leur établissement.

Le 19 mai prochain, les terrasses des cafés et restaurants pourront à nouveau accueillir du monde, avec une limite de six convives par table et jusqu’à 21 heures dans un premier temps. Un rendez-vous très attendu par la population, mais aussi, bien évidemment, par les patrons de bars et de restaurants. Encore faut-il disposer d’une terrasse, et que cet espace soit suffisamment grand pour être rentable malgré les contraintes sanitaires. D’autant que les conditions ne sont pas toujours similaires d'une ville à une autre. 

Une logistique qui relève bien souvent du casse-tête. "Normalement, je peux mettre quarante personnes sur ma terrasse. Dans la configuration Covid, je ne peux mettre que dix-huit personnes", explique Alexandre Thiebaud, gérant du "Café Jules" au Pouliguen (Loire-Atlantique). Le protocole sanitaire impose en effet une limite de six personnes à table. S’il n’y pas de jaune annoncée, une distance réglementaire entre chaque table devra être respectée. Pour l’heure, elle n’a pas encore été définie. "Si la distance est de deux mètres, ce n’est même pas la peine. Je remballe tout et je ferme complètement", s'inquiète ce restaurateur. 

Payer pour mettre une trois tables de plus, ce n’est pas viable pour moi

Maxime Ferrier, fondateur de la chaîne de restaurant "Pupetta"

À la sortie du premier confinement, les terrasses éphémères ont fleuri dans de nombreuses villes de l'Hexagone et notamment dans la capitale. Cette fois-ci, les extensions seront beaucoup plus contrôlées. La ville de Paris prévoit également de taxer ces terrasses dès le 30 juin. Une contrainte de plus pour les restaurateurs. "Payer pour mettre une trois tables de plus, ce n’est pas viable pour moi", assure Maxime Ferrier, fondateur de la chaîne de restaurant "Pupetta". Concernant le prix du montant à payer, "la décision n’est pas prise", a déclaré mercredi la maire de Paris, Anne Hidalgo, au micro de Franceinfo. Selon l’édile, les seize mois de gratuité des terrasses reviennent à un manque à gagner de 34 millions d’euros, de quoi justifier cette taxe.

D'une ville à l'autre, les règles ne seront pas les mêmes. Alors forcément, certains restaurateurs ont plus de chance que d’autres. À Poissy (Yvelines), la mairie leur laisse carte blanche. Gaby Jaziri, gérant du restaurant "Le Gamin de Poissy" se frotte les mains. Il va pouvoir multiplier sa surface par quatre. "Là, je peux monter jusqu’à 80 couverts si je veux", explique-t-il. Cette extension illimitée est offerte par la municipalité en échange d'un euro symbolique. "On a même décidé de piétonniser un certain nombre d’artères pour permettre à ceux qui n’ont pas de terrasses d'en créer de façon éphémère sur la voie publique", explique le maire (DVD) de Poissy, Karl Olive. Une chose est sûre, les clients, eux, seront bel et bien au rendez-vous le 19 mai.

Découvrez la version podcast de l'émission "Brunet Direct"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d’écoute préférée : 

Sur APPLE PODCAST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Du lundi au vendredi, de 10H00 à 12H00, le présentateur prendra le temps d’analyser et de mettre en perspective les grands sujets d’actualité. Grande nouveauté de la rentrée, les téléspectateurs pourront intervenir en direct, interagir avec les invités en plateau pour livrer leurs points de vue et leur vécu. 


M.D.

Tout
TF1 Info