Omicron : quelles sont les nouvelles règles d'isolement en vigueur dès lundi ?

Publié le 2 janvier 2022 à 8h36

Source : TF1 Info

QUARANTAINE - Pour tenter de limiter une vague d'absentéisme, suite à la flambée actuelle de contaminations au Covid-19, le ministère de la Santé a notamment réduit la durée d'isolement pour les personnes infectées et supprimé la quarantaine pour les cas contacts vaccinés. Des mesures applicables à partir du 3 janvier.

Tandis que des records inédits de contaminations quotidiennes s'enchaînent depuis plusieurs jours dans l'Hexagone, grimpant à plus de 200.000 cas par jour, sous l'effet de la nouvelle vague Omicron, le gouvernement veut éviter que les écoles et les entreprises ne soient paralysés par les absences - arrêts de travail et mises en quarantaine. Plus d'un million de cas ont été détectés ces sept derniers jours. 

Dans un communiqué transmis dimanche 2 janvier, le ministère de la Santé indique alléger les règles d'isolement en cas de contamination ou de cas contact à compter du lundi 3 janvier, au même titre que de nombreux pays dans le monde.   

Isolement réduit de dix à sept jours pour les personnes vaccinées

Les personnes positives complètement vaccinées devront désormais s'isoler pendant sept jours, au lieu de dix actuellement, quel que soit le variant. Cet isolement pourra être levé au bout de cinq jours en cas de test négatif ou si la personne "n’a plus de signes cliniques d’infection depuis 48h". Dans le cas contraire, elle s'isole sept jours mais ne doit pas faire de nouveau test à la fin de cette période. 

Les personnes non vaccinées devront en revanche continuer d'observer la règle des dix jours, mais la quarantaine pourra tomber à sept jours pour les mêmes conditions : tests négatifs ou absence de signes cliniques d'infection depuis deux jours.

Plus de quarantaine pour les cas contacts vaccinés mais une batterie de tests

Pour les cas contacts, seuls les non-vaccinés et ceux "qui n'ont pas fait le rappel dans les temps" devront se mettre à l'isolement pendant sept jours, au terme duquel elle doit réaliser un test antigénique ou PCR négatif, quand ceux qui sont complètement vaccinés ne seront soumis à aucun isolement mais devront réaliser des tests réguliers, à savoir un antigénique ou un PCR le jour même où ils apprennent qu'ils sont cas contact, puis par des autotests fournis gratuitement deux jours et quatre jours après. "En apportant la preuve de votre premier dépistage à J0 en pharmacie, vous recevrez gratuitement tous les autotests nécessaires à votre suivi", confirme Olivier Véran auprès du Journal du Dimanche.

Les personnes cas contact vaccinées doivent "néanmoins (...) appliquer de manière stricte les mesures barrières, et notamment le port du masque en intérieur et en extérieur, limiter leurs contacts, éviter tout contact avec des personnes à risque de forme grave de Covid, et télétravailler dans la mesure du possible", met en garde le ministère. 

À l'école, deux autotests en plus du test PCR ou antigénique à réaliser en cas de contamination dans une classe

Pour les enfants de moins de 12 ans qui seraient cas contact, un test antigénique ou PCR doit être réalisé par tous les élèves de la classe dès qu'un cas de contamination se déclare dans une classe, comme le prévoit jusqu'alors le protocole sanitaire en établissements scolaires. Le retour à l'école est donc conditionné comme avant à un test négatif, mais les élèves devront aussi utiliser des autotests deux et quatre jours plus tard, les parents devant présenter une attestation sur l'honneur que ces tests ont été réalisés pour que leur enfant puisse retourner en classe. 

Un changement de règles qui doit permettre d'assurer "la maîtrise des contaminations tout en maintenant la vie socio-économique", justifie le ministère. "Dans beaucoup d'activités, une grande partie des gens ne seront pas là, on va devoir en fermer certaines, explique auprès de LCI Olivier Babeau, économiste et président de l'institut Sapiens, interrogé dans la vidéo en tête d'article. Si on garde les mêmes règles d'isolement pour les cas contacts, c'est très clair, je pense que l'on ferme l'économie fin janvier."

Le ministère de la Santé précise aussi que selon "les premières données virologiques disponibles pour le variant Omicron", la durée d'incubation de ce variant est plus courte que pour ces prédécesseurs, ce qui permet de réduire la durée d'isolement. "On espère qu'Omicron est moins sévère, abonde dans la vidéo en tête d'article également Philippe Froguel, professeur de médecine au CHU de Lille et à l'Imperial College de Londres. Selon les calculs faits à travers le monde, on devrait s'en sortir avec un isolement plus court." 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info