Le jour où...

Le jour où... Le 19 décembre 1978, la France a connu son dernier grand black-out électrique

A.B.
Publié le 6 décembre 2022 à 13h34, mis à jour le 18 décembre 2022 à 17h05
JT Perso

Source : TF1 Info

Alors que la France pourrait subir des coupures de courant cet hiver, le pays a déjà été touché par une grande panne d'électricité en décembre 1978.
Une coupure qui avait duré près de quatre heures.
Et qui avait largement paralysé le territoire.

"La France est en panne". C'est ainsi qu'en 1978, le journal télévisé est revenu sur la dernière grande coupure d'électricité qui a touché l'Hexagone. Alors que les citoyens français craignent des délestages cet hiver, le gouvernement a mis en place un plan en cas de surconsommation pour couper temporairement le courant aux Français. Une solution pour éviter un black-out sur le pays. Une situation déjà vécue par les habitants de l'Hexagone et qui avait largement déstabilisé le pays.

Le disjoncteur a sauté

Le 19 décembre 1978, à 8h27, la France se retrouve plongée dans le noir. Les trois quarts du pays sont privés d'électricité en raison d'une surcharge électrique dans un poste EDF près de Nancy. Surcharge provoquée par une surconsommation des Français. "C'est là que tout s'est passé. C'est là qu'un câble qui relie la Lorraine à la région parisienne a cessé de fonctionné", explique à l'époque Marcel Boiteux, directeur général d'EDF de 1967 à 1979, comme le rappelle l'INA. "Il a suffi qu'un gros câble saute pour qu'automatiquement, on coupe. Comme il se passe dans un appartement, quand on met trop d'appareils à la fois, brusquement le disjoncteur saute". Seule une partie de l'est de la France est épargnée, car alimentée, notamment, par les Allemands et les Italiens.

Mais partout ailleurs sur le territoire, les métros sont à l'arrêt, tout comme les feux tricolores, ce qui provoque des embouteillages monstres dans les grandes villes. Les ascenseurs, les escaliers mécaniques, les portes automatiques sont également bloqués alors que les immeubles au tout électrique sont privés de chauffage. Les casernes de pompier, elles, sont submergées d'appels. Selon le Figaro de l'époque, "entre 8h30 et 12 heures, les pompiers parisiens ont procédé à plus de quatre cents interventions pour secourir les personnes emprisonnées dans les ascenseurs". 

Un black-out qui a aussi interrompu les services de certains hôpitaux. Une intervention chirurgicale en cours devant être terminée à la lueur d'une lampe de poche relatent les médias de l'époque alors que l'activité des usines doit être stoppée. Le courant, lui, ne revient que peu à peu aux alentours de midi, soit près de quatre heures après le début de la coupure.

Lire aussi

Cet événement est le dernier grand black-out vécu par les Français ces dernières années. Des pannes massives ont toutefois eu lieu par la suite, notamment en 1987 ou en décembre 1999. Une situation que les autorités françaises veulent éviter à tout prix, alors que RTE a assuré que ce scénario ne pouvait pas se reproduire, sans néanmoins exclure des coupures temporaires, mais cette fois ciblées et maîtrisées. Selon l'entreprise, ces coupures - si elles sont nécessaires - ne se dérouleront qu'aux heures de pointe, le matin entre 8 et 13h et le soir entre 18 et 20h. Des coupures qui ne dépasseront pas les deux d'affilée, au maximum.


A.B.

Tout
TF1 Info