Cyclistes, piétons, automobilistes... Quels usagers de la route sont les plus dangereux en ville ?

par M.D.
Publié le 19 octobre 2023 à 17h37

Source : JT 20h Semaine

Les comportements à risque parmi les usagers de la route se multiplient en ville.
En moyenne, 38 écarts aux règles du Code la route ont lieu toutes les 60 minutes, d'après une enquête de l'assureur mutualiste MMA.
Et certains modes de déplacements sont plus concernés que d'autres.

En ville, les usagers de la route les plus concernés par des accidents sont les cyclistes... et les hommes. C’est ce qui ressort d'une étude "sur le comportement des usagers en ville" d'OpinionWay pour le compte de l’assureur mutualiste MMA, qui a été menée récemment dans six métropoles (Lille, Nantes, Lyon, Montpellier, Toulouse et Paris). Au cours de cette enquête de terrain cumulant au total "60 heures d'observation", des agents-enquêteurs ont scruté à la loupe le comportement de tous les usagers de la route (voiture, piéton, vélo et trottinette électrique), en se positionnant à des carrefours très fréquentés aux heures de pointe. Résultat : en moyenne, 38 écarts aux règles du Code la route ont été constatés chaque heure. 

Dans le détail, les infractions allaient du passage au feu rouge au refus de priorité, du dépassement dangereux à la circulation dans une mauvaise voie, en passant par la vitesse excessive ou un défaut d'attention. "Près de 7 écarts sur 10 concernent des usagers qui ne s’arrêtent pas au feu rouge ou traversent alors que les feux d’autres usagers sont encore au vert", souligne l'étude.

À noter que dans plus d'un cas sur deux (66%), un homme en était l'auteur. Du côté des usagers non motorisés, les cyclistes sont les premiers concernés par ces comportements à risque (45%), loin devant les piétons (34%) et les utilisateurs de trottinettes (12%).

Un homme à l'origine de l'accident dans 9 cas sur 10

Au cours de l'enquête, ces infractions au Code de la route ont conduit à un "accident ou un presqu’accident" dans 1 cas sur 100, selon la compagnie d'assurance. Les principales causes étaient le non-respect des feux (45%), suivi du refus de priorité (36%). Dans près d'1 cas sur 5 (18%), les distracteurs technologiques (un smartphone le plus souvent) était à l'origine de l'accident. Autre constat, les vélos (36%) étaient davantage impliqués que les voitures (32%) ou les autres modes de transport. Par ailleurs, tout comme pour les écarts au Code de la route, mais de façon encore plus marquée, les usagers à l’origine de ces accidents sont très majoritairement des hommes (91%). 

Des comportements dangereux à répétition qui expliquent "la hausse des accidents corporels et mortels des usagers vulnérables en ville", souligne l'étude, qui relève aussi des spécificités selon les villes observées. Ainsi, à Lyon, Montpellier et Toulouse, les refus de s’arrêter aux feux rouges routiers étaient plus fréquents qu'ailleurs. À Nantes, Lille et Paris, un plus grand nombre d’usagers se déplaçaient sur les mauvaises voies. Le port du casque audio était beaucoup plus fréquent à Paris que dans les autres villes. À Paris et à Lyon, les piétons commettent moins souvent d’écarts qu’à Lille ou à Montpellier. Tandis qu'à Nantes et à Toulouse, les cyclistes font plus d’écarts au Code de la route.


M.D.

Tout
TF1 Info